Restez un consommateur averti et profitez de nos avantages abonnés
Pourquoi pas
Non merci
Panier
x
Le panier est vide

Edito: Nouveau monde

La fin du confinement commence à peine à se dessiner et, avec elle, le contour de ce à quoi ressembleront nos vies dans ce nouveau monde qui s’annonce pour les mois à venir.

En quelques semaines, nos habitudes de consommateurs ont radicalement changé. Les commandes sur internet ont remplacé la visite dans de nombreux commerces (attention aux arnaques, lire brève), nous apprenons à faire la file dans les supermarchés où la limite de nos cartes de paiements sans contact et sans code a passé de 40 à 80 francs (lire "Paiement sans contact, mais pas sans risque").

Confinés à la maison, nous avons improvisé des espaces de travail et rebranché nos imprimantes (lire: "Des astuces pour payer moins cher"), certains goûtent aux musées et concerts virtuels ou ont troqué leur fitness contre des cours en ligne (lire: "Chouchouter son corps et son esprit").

Si nous pouvons déjà nous réjouir de retrouver marchés, musées ou restaurants dès le 11 mai, tout comme théâtres, cinémas et piscines dès le 8 juin, une question récurrente occupe les esprits pour le plus long terme: où nous échapperons-nous cet été?

Au moment où nous écrivons ces lignes, difficile d’envisager de quitter la Suisse en juillet ou en août. Il est donc fort probable que la résolution de cette énigme passe par la redécouverte de notre pays. Nous avons fait une sélection de plusieurs destinations pour quelques heures ou quelques jours, et surtout pour changer d’air sans nécessairement aller trop loin (lire: "Cet été, on découvre l’autre Suisse").

A défaut de passer la douane, nous vous proposons de franchir les frontières linguistiques. Que ce soit par le Grand Tour de Suisse, 1600 kilomètres sur les chemins de traverse, dans une piscine zurichoise perchée sur le toit de l’ancienne Brasserie Hürlimann après la visite du Museum für Gestaltung, les spectaculaires remontées mécaniques au-dessus de Seelisberg avant une plongée dans l’histoire du Grütli, ou l’étourdissante richesse des musées de Winterthur.

Au-delà de toutes ces questions, de nombreuses autres demeurent pour un très grand nombre de travailleurs et d’indépendants dont la situation a été mise à mal par cette pandémie. Nos juristes continuent à répondre à toutes vos interrogations, et vous pouvez retrouver leurs conseils dans notre dossier spécial sur bonasavoir.ch/coronavirus, pour vous aider à faire valoir vos droits et vous guider vers les meilleures solutions.

Pierre-Yves Muller
Rédacteur en chef