Restez un consommateur averti et profitez de nos avantages abonnés
Pourquoi pas
Non merci
Panier
x
Le panier est vide

Se protéger des arnaques, ensemble

Chaque semaine, notre rédaction et notre Service juridique réceptionnent des dizaines de témoignages et de demandes de conseils relatifs à des arnaques ou des agissements frauduleux. Livraisons de marchandises non commandées, inscriptions forcées à des annuaires facturées au prix fort, escroqueries sur des plateformes de petites annonces, faux sites de vente, usurpation d’identité, chantages par mail et autres SMS surtaxés.

Avec l’augmentation des commandes en ligne depuis le début de la pandémie, le nombre d’arnaques a encore augmenté, à l’image des fausses notifications de colis réclamant des frais de livraison ou de douane.

Dans Bon à Savoir, comme sur notre site internet au quotidien, nous mettons un point d’honneur à vous tenir informés et à vous aider à rester vigilants.

Beaucoup d’entre nous se pensent à l’abri de ces arnaques, ou parfois à même de les identifier facilement. C’est faire fi un peu vite de l’ingéniosité des escrocs qui plongent habilement leurs victimes dans l’urgence d’une décision ou utilisent leurs mauvaises connaissances des technologies pour abuser de leur confiance. Certaines tromperies s’avèrent certes grossières, mais d’autres sont redoutables et mettent nos capacités de jugement à rude épreuve en multipliant les ruses. C’est ce qui est arrivé à l’une de nos lectrices, victime d’une fraude particulièrement perfide (lire ici).

Lorsqu’elle reçoit un appel de l’émetteur de sa carte de crédit sur son téléphone portable, cette lectrice fait pourtant preuve d’un excellent réflexe: vérifier que le numéro correspond bien à la société en question. Rassurée sur son interlocuteur, elle l’entend alors lui annoncer qu’un piratage est en cours sur sa carte de crédit. Ouf, la banque veille. Elle va éviter le pire. C’est malheureusement à cet instant que le piège se referme et qu’elle devient l’actrice involontaire du vol dont elle va être victime.

Le combat qu’elle mène depuis pour récupérer les 4876 francs prélevés en quelques minutes sur son compte ne lui donne guère d’espoir de revoir son argent.

Toutes les situations ne sont heureusement pas aussi dramatiques, et nous pouvons dans de nombreux cas vous aider à trouver des solutions ou limiter les dommages.

Pour éviter à d’autres lectrices et lecteurs de tomber dans le panneau, vos témoignages nous sont précieux, et nous vous en remercions. Car c’est ensemble, en partageant ces informations, que nous lutterons le plus efficacement contre ces escroqueries.

Pierre-Yves Muller
Rédacteur en chef