Restez un consommateur averti et profitez de nos avantages abonnés
Pourquoi pas
Non merci
Panier
x
Le panier est vide

EDITO: Question de sucre et de sucres

On désigne souvent un peu vite les matières grasses comme l’ennemi numéro un de notre santé. S’il est avéré qu’en trop grande quantité, les graisses saturées – ou celles dites trans – augmentent les risques de maladies cardio-vasculaires, les acides gras n’en restent pas moins nécessaires à couvrir une partie de nos besoins en énergie. Il ne s’agit donc pas de supprimer les graisses de nos menus, mais de bien les choisir.

Cette règle est également valable pour le sucre. On peut aussi bien le considérer comme la bête noire de notre santé que comme un carburant indispensable à notre organisme, en particulier à notre cerveau. Toute la difficulté est de savoir de quels sucres nous avons besoin, en quelle quantité et où les trouver.

Dans une alimentation équilibrée, la moitié de notre apport quotidien en énergie devrait provenir des glucides. Il est donc important de comprendre comment favoriser les «bons» sucres et limiter les «mauvais». Si l’on se doute que ces derniers pullulent dans les sodas en tout genre, ils ne sont pas toujours faciles à repérer.

Depuis des années, l’industrie agroalimentaire a pris l’habitude d’en ajouter dans d’innombrables préparations, non seulement pour titiller nos papilles, mais également comme exhausteurs de goût, liant, voire cache-misère. Que ce soit dans des charcuteries, des plats surgelés ou du ketchup, mais aussi dans des boîtes de thon ou de la viande reconstituée, afin de contenir le jus lors de la décongélation.

De même, une nourriture en apparence saine comporte parfois de faux amis: le sucre d’un jus de fruits pressé maison, par exemple, n’est pas assimilé de la même manière que celui du fruit entier.

Pas étonnant, dès lors, que les Suisses consomment en moyenne 110 grammes de sucre ajouté par jour, soit plus du double des valeurs recommandées par l’Organisation mondiale de la Santé comme par l’Office fédéral de la sécurité alimentaire.

Dans le dossier que nous avons réalisé pour cette édition (lire ici), nous avons abordé point par point toutes les questions qui vous permettront, sans vous priver de tout, d’éviter de mettre en danger votre santé!

Toute l’équipe de Ma Santé vous souhaite de belles fêtes de fin d’année et vous donne rendez-vous en janvier 2022!

Pierre-Yves Muller
Rédacteur en chef