Restez un consommateur averti et profitez de nos avantages abonnés
Pourquoi pas
Non merci
Panier
x
Le panier est vide

Le recul des dons d’organes inquiète Swisstransplant

Les listes d’attente s’allongent pour les patients ayant besoin d’une transplantation. Swisstransplant observe un recul des dons d’organes, entamé en 2019 déjà. La crise du Covid-19 a également eu un effet délétère: «Certains hôpitaux ont dû renoncer à la détection des donneurs», explique le directeur médical de la Fondation, Franz Immer.

Chaque année, faute de don, une cinquantaine de personnes décèdent en Suisse. Parmi elles, beaucoup d’enfants. Devant ce constat, le Conseil national vient d’accepter de justesse l’initiative «Pour sauver des vies en favorisant le don d’organes» ainsi que son contre-projet – à une large majorité cette fois. L’initiative veut que toute personne soit présumée donneuse potentielle, sauf si elle s’y est opposée de son vivant. La commission fédérale d’éthique s’oppose à ces textes, leur préférant un modèle obligeant les Suisses à se prononcer à «certains moments-clés de leur existence».

«Dans plus de 50% des entretiens, les familles ne connaissent pas l’avis du défunt et la décision ne figure pas dans le registre du don d’organes, regrette Franz Immer.

Dans ces situations, la tendance au refus dépasse 60%.» Pour l’heure, l’information aux proches est donc primordiale et le port de la carte de donneur recommandé. Le débat politique se poursuit au Conseil des Etats.

ld