Restez un consommateur averti et profitez de nos avantages abonnés
Pourquoi pas
Non merci
Panier
x
Le panier est vide

L’assurance qui vous rattrape à la retraite

Drôle de cadeau d’anniversaire pour Danièle Marbach qui a atteint l’âge de l’AVS: un courrier de son assureur Helsana l’informe que, sans nouvelles de sa part, elle «bénéficiera automatiquement», et donc sans examen de santé, de la police de soins de longue durée Cura. Moyennant une prime mensuelle de 17 fr., elle touchera 30 fr. par jour quand elle aura besoin de soins quotidiens, après un délai d’attente de… 720 jours. L’assurance est incluse dans toutes les complémentaires d’hospitalisation conclues avant 2016 auprès de Helsana. La jeune retraitée fribourgeoise s’étonne: la lettre n’a pas été envoyée en recommandé et cette police date de très, très longtemps.

«Nos assurés étaient libres de refuser. A l’âge de la retraite, il est souvent trop tard pour y penser, car peu de gens réussissent leur examen de santé», fait valoir la porte-parole Dragana Glavic-Johansen. «Il n’est pas loyal d’affilier un client parce qu’il n’a pas réagi à une proposition», dénonce Silvia Diaz du service juridique de Bon à Savoir. «Un nouveau contrat d’assurance ne peut être conclu qu’avec son accord clair et sans équivoque.» Si notre lectrice ne réagit pas et qu’elle a besoin de soins à 84 ans, elle aura payé 4080 fr. en 20 ans. Elle devrait alors vivre encore 13 ans pour récupérer son investissement, alors que la durée moyenne d’un séjour en EMS est de… 2,5 ans. chr