Restez un consommateur averti et profitez de nos avantages abonnés
Pourquoi pas
Non merci
Panier
x
Le panier est vide

Fausse appellation, vraie infraction!

Le «prince du verger valaisan», victime de son succès dans les marchés, en proie à une usurpation d’identité?
Le Service cantonal de la consommation et des affaires vétérinaires, qui a pour tâches, entre autres, de contrôler les denrées alimentaires et de protéger le consommateur contre la tromperie, s’est penché sur des abricots en provenance de Saillon (VS), vendus au marché de Sion. Après analyse, il s’est avéré que certains d'entre eux n’avaient de valaisan que le nom.
En Suisse, la mise sur le marché de ce type de produits est régie par la Loi fédérale sur les denrées alimentaires et les objets usuels. Elle prévoit que les consommateurs ne doivent pas être trompés ou induits en erreur, ni par les informations données sur les produits ni par la publicité qui en est faite; les indications concernant les denrées alimentaires doivent donc être conformes à la réalité.
Contrevenir à ces prescriptions légales peut coûter très cher: l’amende peut s’élever à 20 000 fr. si le vendeur a été négligent, jusqu’à 40 000 fr. s’il a agi intentionnellement et au maximum à 80 000 fr. s’il agit à titre professionnel ou dans le but de s’enrichir. Par ailleurs, une poursuite pénale n’est pas exclue. Le maraîcher concerné, lui, a écopé d’une amende de 500 fr.

Catherine Amiguet