Restez un consommateur averti et profitez de nos avantages abonnés
Pourquoi pas
Non merci
Panier
x
Le panier est vide

Le côté obscur de la lumière LED

prévention Les ampoules à diodes sont économiques et ont une longue durée de vie supérieure aux autres. Cependant, une lumière avec une forte composante bleue peut abîmer les yeux. Il est important de sensibiliser les enfants.

Pour notre lecteur, le photographe Martin Zahnd, la lumière vive des phares des voitures est un réel problème: «Elle m’éblouit fortement et irrite mes yeux.» Alors, lorsque son nerf optique s’est enflammé, il a décidé d’agir: «Désormais, j’essaie d’éviter toute lumière LED très blanche.» Et lorsqu’il conduit la nuit, il porte des lunettes de protection qui filtrent le bleu.

Le problème est toutefois récurrent, car, de nos jours, on trouve de plus en plus de voitures, vélos et lampes de poche équipés avec ce genre d’ampoules. Il est vrai qu’elles ont l’avantage de produire plus de lumière avec moins d’énergie et ont une durée de vie supérieure aux autres.

Or, la lumière qu’elles produisent peut abîmer les yeux. La chercheuse Ljiljana Udovicic, qui a dirigé une étude sur ce genre de lumière en Allemagne, est catégorique: regarder une source lumineuse LED de trop près peut endommager la rétine. Elle a passé au crible 23 diodes électroluminescentes que les fabricants utilisent pour leurs lampes, de table comme de poche. Huit d’entre elles représentaient un «danger moyen». Ce qui signifie qu’il suffit de les regarder à 20 cm pendant à peine un quart de seconde pour abîmer ses yeux. Or, précise la scientifique, le réflexe naturel de fermeture de la paupière ne suffit pas toujours pour se protéger. Et les lésions peuvent s’accumuler au fil de la journée. Regarder à plusieurs reprises une source LED, même pour de courts instants, augmente donc le risque de manière significative. L’œil n’a, en effet, pas le temps de récupérer et de renouveler les cellules abîmées.

Plus c’est clair, plus c’est dangereux

Martin Schmid, médecin-chef adjoint de la clinique de l’œil à l’hôpital universitaire de Lucerne, met également en garde contre les LED claires, qui sont plus chargées en énergie que les autres lumières. A luminosité égale, elles sont donc plus «dangereuses» pour les yeux.

Pour bien comprendre, il faut savoir que la lumière LED est composée, comme les autres éclairages, de photons de différentes longueurs d’onde, issus du spectre des couleurs, qui va de l’ultraviolet à l’infrarouge. Pour obtenir le blanc intense des ampoules LED, une grande proportion de lumière bleue vive est nécessaire (voir les graphiques ci-contre). Plus la part de bleu est élevée, plus la lumière contient de l’énergie et plus elle est néfaste pour l’œil. Ce genre de luminosité se retrouve principalement dans les phares et les lampes de poche.

Les LED blanches et claires ont une température de couleur autour des 6000 kelvins. Cela correspond à la lumière du soleil en milieu de journée (voir tableau). Les spécialistes considèrent que les lampes peuvent potentiellement endommager la rétine dès qu’elles dépassent 3000 kelvins. C'est d'ailleurs proche de cette limite que la lumière quitte le spectre du blanc chaud.

Risques accrus pour les enfants

Problème: si la température de couleur est indiquée sur les emballages des ampoules et des lampes LED, il est vain de la chercher sur les lampes de poche. Or, on le sait: les enfants aiment expérimenter et sont les plus susceptibles de faire un usage inadéquat de ces sources lumineuses. Leurs yeux, plus clairs, filtrent moins bien la lumière et sont donc beaucoup plus sensibles que ceux des adultes. Par conséquent, le risque principal est que, en jouant avec une LED, ils puissent détériorer leur vue. Il est important d’en parler avec eux. 

Mais la lumière ambiante et indirecte peut aussi devenir un problème. Les scientifiques de l’Inserm (Institut français de la santé et de la recherche médicale) ont soumis des rats à de fortes sources lumineuses pendant 24 heures. Indépendamment du type de source, les rétines de tous les animaux ont été endommagées. Dans une deuxième étape, toujours avec diverses sources lumineuses, d’autres rats ont passé une semaine avec un éclairage correspondant à une lumière ambiante moyenne d’intérieur, en respectant le rythme jour-nuit. Dans ce cas, seuls les animaux soumis à la lumière LED ont souffert de lésions rétiniennes. Aucun problème n’a été décelé avec ceux exposés aux tubes néon ou aux ampoules à filament.

Les spécialistes recommandent donc de n’utiliser que des sources lumineuses qui ne dépassent pas les 3000 kelvins pour l’intérieur, spécialement pour les chambres d’enfant.

• Lire l'éditorial en page 4

Tamara Tiefenauer / chp