Restez un consommateur averti et profitez de nos avantages abonnés
Pourquoi pas
Non merci
Panier
x
Le panier est vide

Un diesel VW qui sent le soufre

Le constructeur allemand a été épinglé aux USA pour avoir faussé les tests antipollution. Si la tromperie venait à être prouvée en Europe aussi, elle pourrait toucher bien d’autres modèles encore des marques VW, telles que Audi, Seat et Skoda.

Volkswagen va payer très cher sa tricherie. Il va non seulement devoir rappeler 482 000 voitures aux Etats-Unis, mais risque aussi une amende qui pourrait atteindre 18 milliards de dollars. Ce scandale a bien évidemment eu des répercussions boursières: le titre du géant allemand a accusé un repli de plus de 17% à la clôture de la Bourse de Francfort, lundi 21 septembre. Et de presque 20% aujourd'hui, mardi 22 septembre, à midi: il est vrai que, entre temps, Volkswagen a admis que plus de 11 millions de véhicules étaient concernés!

L’agence américaine de protection de l’environnement (EPA) reproche donc  à VW d’avoir fausser les tests d’émissions polluantes par le biais d’un logiciel sophistiqué. Selon l’EPA, celui-ci a été programmé pour s’activer uniquement lorsque la voiture passe un contrôle officiel afin de brider le rejet de polluants. On peut imaginer que le logiciel détecte les situations de contrôle en fonction de paramètres propres à cette situation: par exemple, le capot est toujours ouvert mais le volant ne tourne jamais.

Et si le séisme s’étendait?

VW a donc réussi à tromper son monde puisque ce système permettait de diviser par 40 certaines émissions nocives comme l’oxyde d’azote (NOx) durant les phases de test. Pour l’heure, l’EPA indique que les modèles concernés sont les VW Golf, Passat, Beetle et Jetta, ainsi que les Audi A3 commercialisées entre 2009 et 2015. L’agence ajoute encore qu’il s’agit de voitures équipées du moteur 2.0 litres diesel (TDI), sans préciser sa déclinaison de puissance exacte.

En fouillant dans le marché américain et en se référant aux modèles montrés du doigt, tout porte à croire que c’est le 2.0 TDI de 140 ch qui est concerné par cette affaire. Du coup, si la tromperie était démontrée en Europe également, le scandale pourrait tourner en véritable tsunami.

En effet, le groupe allemand a glissé son fameux 2.0 TDI de 140 ch dans une pléthore de modèles non exportés aux USA – ou du moins pas avec cette motorisation. On pense aux VW Touran, EOS, CC, Sharan, Scirocco, Amarok ou Caddy. Mais il y a également les voitures de toutes les marques qui sont dans son giron: Audi, Skoda et Seat. On peut citer l’Audi Q3 ainsi que les Skoda Octavia, Superb et Yeti. Et la liste s’allonge encore avec les Seat Alhambra, Altea et Leon… On l'a dit: un véritable tsunami!

Yves-Noël Grin