Restez un consommateur averti et profitez de nos avantages abonnés
Pourquoi pas
Non merci
Panier
x
Le panier est vide

Elections: votez conso!

conseil national Le Parlement qui sortira des urnes le 18 octobre prochain déterminera la politique des quatre ans à venir. C'est un enjeu de taille pour la défense des consommateurs qui a peu compté pendant la législature écoulée.

Les Suisses sont-ils masochistes? En 2011, ils ont élu un Parlement qui a refusé, en septembre 2014, de les autoriser à révoquer un achat passé sur internet dans un délai donné. Et ce n’est pas tout: pendant la dernière législature nos élus ont régulièrement fait fi de la défense des consommateurs.

Pour en savoir davantage, nous avons recensé 22 scrutins portant sur cet enjeu (lire encadré ci-contre). Nous avons limité cette analyse au Conseil national, car le vote électronique a été introduit au Conseil des Etats en 2014 seulement. Et nous nous sommes uniquement intéressés aux parlementaires qui sont candidats à leur propre succession, cet automne.

Du démarchage téléphonique au prix des billets de train, en passant par les tarifs du roaming, le verdict est sans appel: au moment du vote, plus le curseur se déplace vers la gauche de l’échiquier, plus les intérêts des consommateurs priment.

«Consophiles» à gauche

Roger Nordmann (PS/VD) arrive ainsi en tête de notre classement avec 19 votes favorables aux consommateurs sur 22. Il est talonné par ses collègues de parti Matthias Aebischer (BE), Evi Allemann (BE), Alexander Tschäppät (BE), Valérie Piller Carrard (FR), Jean-François Steiert (FR), Jacques-André Maire (NE) et Cesla Amarelle (VD) qui totalisent 18 prises de position «consophiles». Socialistes encore, Pierre-Alain Fridez (JU), Manuel Tornare (GE) et Jean-Christophe Schwaab (VD) ont défendu le chaland à 17 reprises, de même que le Vert Christian van Singer (VD).

«La liberté économique ne doit pas être le prétexte pour tordre les consommatrices et les consommateurs. Et rien ne m'agace plus que les rentes de situation», déclare Roger Nordmann. «Le Parti socialiste place les intérêts des consommateurs, des assurés et des clients en tête de ses priorités économiques, renchérit son président Christian Levrat. En renforçant le pouvoir d’achat, on renforce la demande et, par là, les emplois et les salaires.»

A l’opposé, l’UDC rejette quasiment systématiquement toute mesure visant à soulager le portemonnaie du consommateur. Céline Amaudruz (GE), Jean-Pierre Grin et Guy Parmelin (VD) l’ont ainsi prouvé à 18 reprises. Dans les mêmes travées, les Bernois Adrian Amstutz, Nadja Pieren et Albert Rösti alignent 17 votes «anticonso», à égalité avec le démocrate chrétien jurassien, Jean-Paul Gschwind.

Contre la bureaucratie

«L’important à mes yeux est de limiter les interventions de l’Etat et la bureaucratie, explique Nadja Pieren (UDC). «Je donne la priorité à une économie forte qui bénéficie également aux consommateurs», conclut la Bernoise. Traditionnellement libéraux, les parlementaires radicaux et ceux du Parti bourgeois-démocrate privilégient également une liberté de commerce sans entraves qui, à leurs yeux, profite indirectement aux chalands. A ceux-ci de se montrer suffisamment «responsables». «Notre parti respecte la responsabilité individuelle et ne veut pas mettre les consommateurs sous tutelle», explique Martin Landolt, président du PBD. Un corset bureaucratique affaiblirait la compétitivité des entreprises.»

Le PDC, quant à lui, défend sa place au centre du terrain, tel le Vaudois Jacques Neyrinck qui a voté neuf fois d’un côté et… neuf fois de l’autre. «Le PDC s’engage pour des conditions-cadres favorables aux consommateurs, mais doit faire certains compromis», explique son président. Christophe Darbellay donne l’exemple du droit de révocation pour les achats en ligne. «La divergence entre les deux Chambres du Parlement à ce propos a mis l’ensemble du projet en danger, raison pour laquelle il a fallu y renoncer. Sans cela, le renforcement de la protection du consommateur contre les abus du démarchage téléphonique n’aurait tout simplement pas vu le jour.»
Quel sera l’équilibre des forces qui sortiront des urnes le 18 octobre? Aux «consomélecteurs» d’en décider!

Claire Houriet Rime