Restez un consommateur averti et profitez de nos avantages abonnés
Pourquoi pas
Non merci
Panier
x
Le panier est vide

Le rail a trop peu d’égard pour la petite reine

Aller à vélo, revenir en train, quel beau programme pour un dimanche de printemps! Mais gare à la cohue dans le wagon!

Les Suisses sont parmi les plus grands utilisateurs du rail de par le monde. Ils sont aussi toujours plus nombreux à découvrir les joies de la bicyclette. Résultat: les week-ends de beau temps, les espaces réservés aux bagages, poussettes et vélos sont pris d’assaut.

Pour les cyclistes, la situation est d’autant plus contrariante que le transport des vélos n’est pas gratuit (lire encadré). «Aux heures de pointe et en haute saison, nous manquons de places pour accueillir familles et cyclistes. Le transport des vélos, payant, est prioritaire, mais, dans la pratique, les voyageurs cohabitent courtoisement», explique Patricia Claivaz, porte-parole des CFF.

La place des bicyclettes est seulement garantie de mars à octobre, mais sur réservation obligatoire et payante, dans les convois ICN des lignes Genève-Delémont et Lausanne-Bienne.»

Nouveaux trains

Les CFF promettent des améliorations dès la fin de cette année sur les lignes Genève-Lausanne-Vevey/Romont avec la mise en service de nouveaux trains régionaux duplex. Pour les InterCitys, il faudra en revanche attendre 2014 avant de voir circuler de nouveaux convois entre Genève et Saint-Gall.

En attendant, les CFF mettent en garde: «Lors des week-ends de beau temps, les trains risquent d’être bondés entre 7 h et 9 h en direction notamment du Valais, du Seeland et du Jura. La place peut alors être limitée.» Or, comme les sorties de secours, les entrées et les passages entre les wagons doivent rester libres, les derniers cyclistes arrivés risquent de devoir rester sur le quai.

L’ancienne régie invite les passagers à consulter, en direct sur leurs smartphones, l’horaire en ligne des CFF. Les prévisions d’occupation indiquent les trains susceptibles d’être bondés et proposent des solutions de rechange (trains supplémentaires) les plus appropriées.

Pour embarquer dans les meilleures conditions, on repérera, sur les tableaux bleus de la composition des trains, les voitures aménagées pour le chargement des vélos. Des pictogrammes apposés près des portes guident ensuite les voyageurs. Dernière précaution: prévoir assez de temps pour l’embarquement, car il est interdit de rouler à vélo sur les quais.

Et, pour ceux qui n’ont pas besoin de leur bicyclette à l’arrivée, il reste la possibilité de l’envoyer comme bagage accompagné.

Claire Houriet Rime

Bonus web: l’Europe à vélo et en train