Restez un consommateur averti et profitez de nos avantages abonnés
Pourquoi pas
Non merci
Panier
x
Le panier est vide

L’ivresse est dans la quête

Difficile de trouver un même vin dans plusieurs enseignes. Et encore moins au même prix.

Rien ne ressemble moins à un pinot noir qu’un autre pinot noir. Le terroir, l’état de la vigne, la vinification et le travail du vigneron sont autant de facteurs qui font de chaque vin un produit unique. Dès lors, confronter le prix de deux nectars a priori semblables, mais issus de producteurs distincts, ne fait pas sens dans un comparatif objectif.

C’est pourquoi notre enquête, menée en collaboration avec l’émission On en parle (RSR-La Première), s’est attelée à dénicher des crus strictement identiques chez plusieurs distributeurs. Comme les enseignes cherchent à se différencier en s’approvisionnant auprès de producteurs différents, la quête tient de la gageure. Quelques classiques échappent partiellement à la règle, à l’instar des cinq vins retenus (voir tableau): le chasselas vaudois Clos des Moines 2010, la Dôle des Monts 2010 du Valais, l’Œil-de-Perdrix neuchâtelois du Château d’Auvernier 2010 ainsi que deux Bordeaux 2008: le Château Chasse-Spleen et le Château Giscours.

Migraine assurée

Pour cadrer notre comparatif, nous avons prospecté sur l’ensemble du canton de Vaud en tapant «commerces de vin» sur l’annuaire en ligne «Les pages jaunes». Les 259 adresses obtenues ont de quoi donner la migraine aux consommateurs avant même de passer à la dégustation. C’est que, sous le terme «commerces de vin», l’annuaire recense aussi bien des boutiques, des grands magasins que des vignerons.

Au terme de nos investigations, 21 commerces du canton disposaient de l’un des cinq vins sélectionnés au moins. Parmi eux, des enseignes au vaste assortiment et de modestes échoppes, au choix plus restreint. Raison pour laquelle, notre tableau distingue les grands commerces (assortiment de 200 vins au moins) des plus petits (moins de 200 vins). Egalement passées au crible, les grandes surfaces ont été regroupées dans une catégorie à part.

Fossés importants

Nos relevés trahissent des différences de prix stupéfiantes. L’écart le moins marqué (33,1%) a été relevé pour l’Œil-de-Perdrix du Château d’Auvernier 2010 qui se négocie au mieux 15.70 fr. à la cave, au pire 20.90 fr. dans un petit commerce. La variation la plus abyssale (72,4%) concerne le Château Chasse-Spleen 2008 qui est affiché 31.32 fr. chez Gazzar, à Ecublens, pour culminer à 54 fr. dans une minuscule enseigne. Ces différences peuvent néanmoins varier, sachant que les crus ne sont parfois disponibles qu’en carton ou en caisse de six, voire de douze bouteilles.

Fatalement, les négoces de taille modeste ne peuvent pas dégager des marges aussi confortables avec des volumes restreints. Leurs atouts? Un conseil personnalisé et un assortiment souvent plus exclusif. Pour autant, certains savent se montrer compétitifs, comme le révèle la large fourchette de prix cons tatée.

Quoi qu’il en soit, les disparités ne sont pas l’apanage des commerces indépendants. La preuve par Globus qui monnaie le Clos des Moines 2010 plus cher que tous, avec une différence de 24% par rapport à Coop. Sans compter le Château Giscours 2008 qui est jusqu’à 44,3% plus onéreux qu’ailleurs. «Notre offre vaut cependant son prix, car elle va de pair avec de nombreux avantages: outre la qualité, nous proposons notamment un large choix, un conseil et une ambiance inspiratoire», se défend Jürg Welti, porte-parole de Globus.

Yves-Noël Grin


Pour télécharger le tableau comparatif, se référer à l'encadré au-dessous de la photo.