Restez un consommateur averti et profitez de nos avantages abonnés
Pourquoi pas
Non merci
Panier
x
Le panier est vide

Allo? On nous vole!

En seulement cinq semaines, 55 860 consommateurs ont signé la pétition que nous avons lancée, en collaboration avec nos partenaires alémaniques K-tipp et saldo, afin d’obtenir une baisse des tarifs de roaming, soit les frais liés à l’utilisation d’un téléphone portable à l’étranger. Ces signatures ont été déposées le 15 juin dernier à Berne, accompagnées du slogan «Allo? On nous vole!» La balle est donc désormais dans le camp de Doris Leuthard, cheffe du Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC).

L’attente des signataires est limpide: que la Confédération impose aux trois opérateurs nationaux que sont Swisscom, Orange et Sunrise le respect des tarifs maximums que les 27 Etats de l’Union européenne ont imposé à leurs opérateurs de manière dégressive depuis 2007 déjà. La Norvège, l’Islande et le Liechtenstein, trois pays membres de l’EEE, mais pas de l’UE, ont déjà fait ce pas.

En l’absence de toute réglementation, les abonnés suisses paient jusqu’à trois fois plus cher leurs communications durant leur séjour à l’étranger. L’exemple le plus significatif vient d’Orange, présent dans certains pays de l’UE, mais qui n’hésite pas à facturer 2 fr. la minute un appel de la Grèce vers la Suisse, alors qu’un client d’Orange France ne paie, lui, que 55 ct. (et même 50 ct. dès le 1er juillet) cette même minute en direction de l’Hexagone.

Selon nos estimations, basées sur les données de l’OFCOM, l’écart tarifaire entre l’UE et la Suisse coûte chaque année la bagatelle de 280 millions de francs aux Helvètes. A cela s’ajoute 50 millions de francs supplémentaires dus à un mode de facturation distinct. Alors que les directives communautaires imposent une pratique à la seconde au-delà des 30 premières secondes, les opérateurs suisses appliquent le plus souvent le forfait par minute. Ainsi, un appel de 3 minutes et 5 secondes est arrondi à 4 minutes!

Au total, Swisscom, Orange et Sunrise demandent donc chaque année quelque 330 millions de francs de plus à leurs abonnés. Les opérateurs contestent ces chiffres, prétextant qu’ils sont basés sur les données 2009 et 2010 de l’OFCOM.

Il faut cependant rappeler que les tarifs n’ont que peu évolués, alors que le nombre d’appels, lui, n’a cessé d’augmenter!

Zeynep Ersan Berdoz / cb