Restez un consommateur averti et profitez de nos avantages abonnés
Pourquoi pas
Non merci
Panier
x
Le panier est vide

Payer le prix fort? A chacun de choisir!

Seul un assuré sur trois a au moins une fois songé à changer de caisse maladie, révèle notre sondage (lire p. 11). Et dans les faits, moins de 5% sont réellement passés à l’action l’année dernière. C’est peu, très peu, puisqu’en optant pour la caisse la moins chère, chaque assuré peut économiser sur ses primes sans que cela ait la moindre incidence sur la qualité des soins. A l’échelle nationale, le potentiel d’économie est ainsi estimé à quelque 250 millions de francs!

Bien évidemment, ce discours n’est pas celui des caisses maladie qui tentent par tous les moyens d’attirer un maximum d’assurés, jeunes de préférence. Pour ce faire, elles multiplient les offres et proposent, par exemple, des rabais sur les polices complémentaires à condition de conserver l’assurance de base chez elles ou auprès d’une caisse partenaire.

Autre pratique, fortement décriée par l’Office fédéral de la santé publique: le financement croisé des caisses d’un même groupe en faveur de celles bon marché. En répartissant à l’interne les frais administratifs, les assureurs ne font que maintenir artificiellement les primes de certaines de leurs caisses à un bas niveau. Du coup, certains assurés paient pour les autres!

Espérons que l’OFSP parviendra un jour à mettre un terme à ce genre de dérives. En attendant, l’assuré n’a qu’une solution: comparer les primes (lire p. 13) et changer de caisse si les siennes sont particulièrement élevées.

Zeynep Ersan Berdoz