Restez un consommateur averti et profitez de nos avantages abonnés
Pourquoi pas
Non merci
Panier
x
Le panier est vide

9 barres de céréales: pas de barres de céréales à la récré

Les barres de céréales sont savoureuses et pratiques à mettre dans un cartable ou une poche. Mais elles ne constituent pas un goûter sain: trop de sucre pour une valeur nutritive plutôt insuffisante.

Les barres de céréales sont la réponse du Birchermüesli à l’offensi-ve du fast-food. Les consommateurs l’ont bien compris, répondant en nombre au slogan «Du Bircher en format de poche». Les parents notamment, qui pensent ainsi nourrir sainement leurs enfants. Mais ces bâtonnets croquants n’ont pas grand-chose en commun avec le fameux mélange original de céréales, de yogourt et de fruits frais. C’est ce qu’a démontré le test réalisé par Bon à Savoir sur neuf produits en vente en Suisse.
Pour tout savoir sur leur véritable valeur nutritive, le laboratoire Ufag, de Sursee, a mesuré les calories, protéines, hydrates de carbone, sucre, matière grasse et fibres. Résultat (voir tableau ci-contre): aucune des barres examinées n’approche la valeur nutritive idéale d’un mini-repas (10% du besoin journalier). Elles ne constituent donc pas un en-cas équilibré.
Les barres analysées contiennent en effet beaucoup de sucre, mais pas as-sez de fibres et de protéines. On ne peut donc également pas les considérer comme un goûter de choix. Exemple parlant: le Rustico Soft pomme fournit 41% de calories nécessaires (lire l’encadré), mais seulement 20% de protéines. La valeur conseillée en hydrates de carbone n’est atteinte qu’à 56%, mais la part de sucre (86%) atteint presque la limite conseillée...
Or, pour qu’un aliment soit équilibré, ces chiffres devraient être à peu près tous les mêmes et atteindre la barre des 100% (de la valeur conseillée) sur notre tableau ci-contre. C’est seulement en tel cas que l’on pourrait parler de produit idéal, contenant en quantité suffisante les divers éléments nutritifs nécessaires.
Mais sur notre graphique la longueur des cylindres de couleur indiquant la quantité des différents éléments (calories, protéines, sucre, etc.) est trop irrégulière. C’est notamment le cas des Farmer Fit de Migros: il suffit d’une seule de ces barres pour ingurgiter 83% du sucre nécessaire, mais on aura alors obtenu seulement 17% de la quantité conseillée de matière grasse.
A noter encore que les barres de céréales testées pourraient constituer un aliment équilibré si chacune de leurs composantes atteignait au moins la barre des 50% du tableau. Il faudrait alors simplement croquer deux barres pour faire un petit repas convenable du point de vue nutritif.
• Fibres naturelles: une collation équilibrée devrait en contenir 3 g. Mais ces fibres font justement défaut dans
les barres testées. Un Balisto Cereal/Yobar en contient ainsi tout juste 2,3%. Et celui qui en offre le plus parmi les neuf produits examinés, le Farmer Crunchy Natural, n’affiche que 5,3%, soit 0,9 g par barre.
A titre de comparaison,
une tranche de pain complet (50 g) contient autant de calories qu’une barre de céréales, mais trois à quatre fois plus
de fibres. Une pomme (100 g) ne contient que la moitié de sucre, mais deux fois plus de fibres.

Trop de sucre

  • Sucre: si les fibres se font plutôt rares, le sucre a lui une place importante dans la composition des barres de céréales. Surtout dans les Isostar High Energy, où il constitue le 32% du poids total.

Le moins doux des neufs produits analysés: le Balisto Cereal/Nuts, avec une teneur totale de seulement 17,7% (4,8 g), soit un peu plus d’un morceau de sucre par bâtonnet. A titre comparatif, le chocolat au lait contient environ 40% de sucre.

  • Hydrates de carbone: si nous avons cherché en vain une information sur la teneur totale en sucre sur les emballages, nous avons par contre trouvé l’indication de la teneur en hydrates de carbone (dont font partie les sucres). L’absorption d’hydrates de carbone est nécessaire pour un apport rapide d’énergie. Et elle est vitale pour l’activité cérébrale. Il en existe deux formes:

– les sucres lents (féculents), assimilés lentement par le sang et qui assurent donc un approvisionnement régulier en énergie. Des aliments tels le pain, les pommes de terre, les légumes ou les céréales en sont riches et fournissent en plus d’autres éléments importants comme les vitamines, les minéraux et souvent aussi des fibres.

– les sucres rapides

(sucres), rapidement assimilés par le sang et également vite décomposés. Il s’agit donc d’une source d’énergie peu durable, à faible valeur nutritive. Si bien qu’une collation à base de sucre fournit rapidement de l’énergie, mais ne parvient pas à maintenir le sentiment de satiété jusqu’au repas principal. C’est pourquoi les nutritionnistes conseillent de ne couvrir que 10 à 15% du besoin en hydrates de carbone par du sucre, tel le sucre pur (saccharose), le sucre de raisin (glucose) et le sucre de fruits (fructose).

Les barres de céréales testées dépassent largement ces recommandations et contiennent jusqu’à 50% d’hydrates de carbone sucrés. Dernier de classe, le Farmer Crunchy Natural dont les hydrates de carbone sont constitués de 51% de sucres rapides. A noter qu’ils servent principalement à souder les flocons d’avoine pour former les barres.


Pas pour les sportifs
Le produit d’Isostar fait exception parmi les produits testés, puisqu’il se veut un aliment pour sportifs. Il contient ainsi une part plus élevée de sucre de raisin. Mais il ne parvient tout de même pas à fournir suffisamment de féculent. Comme l’a récemment constaté le journal pour consommateurs allemand Test: les barres de céréales pour sportifs ne peuvent satisfaire les besoins spécifiques d’un sportif de haut niveau. Quant au sportif ordinaire, il n’a de toute manière pas besoin de nourriture spécifique.
• Ni nocives, ni transgéniques: les barres ont enfin obtenu de bonnes notes en ce qui concerne les analyses chimiques. Le laboratoire n’a décelé aucune concentration dangereuse de substances nocives. De même, aucune des barres ne contenait des OGM (organismes génétiquement modifiés).

Voir les résultats
Lire l'article