Restez un consommateur averti et profitez de nos avantages abonnés
Pourquoi pas
Non merci
Panier
x
Le panier est vide

Une chaudière pour la vie

Faut-il remplacer sa chaudière au seul prétexte que des pièces de remplacement ne sont plus disponibles, ou seulement en quantité limitée? Jean-François Greset à Saint-Légier-La Chiésaz s’inquiète du courrier envoyé par la société Hoval qui a posé son chauffage pendant les années 2000. La lettre explique que les automates de combustion, des composants électroniques au cœur du dispositif intégré, ne pourront plus être remplacés en cas de panne. «Le moment est venu de réfléchir concrètement à la modernisation de votre chauffage», écrit la firme, qui offre une prime de reprise de 500 fr. «Nous sommes liés à nos fournisseurs et la production de cette pièce a été stoppée», explique Joël Marmy, directeur de Hoval pour la Suisse romande, qui réfute l’accusation de pratiquer l’obsolescence programmée. «Nous préférons mettre nos clients en garde et leur permettre d’anticiper. Sur ce modèle, en cas de panne de l’automate de combustion et si la pièce de rechange n’était plus disponible, il faudra remplacer toute l’installation, ce qui peut impliquer un temps d’attente. Il nous arrive toutefois de réparer des chaudières âgées de plus de trente ans, voire bien au-delà!»

chr