Restez un consommateur averti et profitez de nos avantages abonnés
Pourquoi pas
Non merci
Panier
x
Le panier est vide

Alternatif, mais strict

Certains modèles de l’assurance maladie de base sont avantageux, mais soumis à des conditions plus contraignantes. C’est ce qu’a constaté, à ses dépens, un lecteur vaudois qui a opté pour la formule du médecin de famille. Au cours de l’été 2019, il consulte, sans passer par son généraliste, un oto-rhino-laryngologue qui prescrit des examens de laboratoire. En décembre, il expédie les deux factures (503 fr.) à Assura. Dans la foulée, cette dernière lui envoie un mail pour lui réclamer, dans les 30 jours, le bon de délégation du médecin de premier recours. Hélas, notre lecteur ne prend connaissance de ce courriel qu’en mars 2020. Il envoie, en vain, le fameux document, mais la caisse maladie reste inflexible. «Dans ce modèle d’assurance, l’assuré s’engage à consulter d’abord le médecin de famille et envoie le bon de délégation avec la facture du spécialiste, sauf en cas d’urgence ou lors d’une consultation en gynécologie ou en ophtalmologie», rappelle la porte-parole Karin Devalte. Assura précise avoir donné une chance au lecteur en lui envoyant un courriel. «En optant pour la communication électronique, les assurés renoncent à recevoir du courrier postal», justifie enfin la porte-parole. chr