Restez un consommateur averti et profitez de nos avantages abonnés
Pourquoi pas
Non merci
Panier
x
Le panier est vide

Sus au coronavirus

Pandémie La situation que nous traversons oblige chacun à réinventer son quotidien pour éviter la propagation du virus. Voici les réponses à vos questions au moment de mettre sous presse.

Comment vivre cette période en gardant la tête froide tout en respectant les consignes? Que manger? Peut-on encore aller chez le boucher? Comment gérer les journées à la maison avec des enfants privés d’école et de compagnons? Et accompagner les aînés sans les contaminer? Le coronavirus bouleverse les routines et redessine les liens familiaux et sociaux.

1. Comment renforcer son système immunitaire?

Le coronavirus ne change pas les règles de base dont l’efficacité a été prouvée: pour renforcer son immunité, il faut éviter les situations de stress, bien dormir, bien manger, ou encore réduire sa consommation d’alcool. Concrètement, il s’agit de veiller à son hygiène de vie pour protéger sa santé, tant physique que psychique. On peut privilégier des activités comme le yoga ou la méditation, essayer de dormir entre six et neuf heures par nuit, augmenter sa consommation de fruits et légumes et réduire le nombre de verres d’alcool ainsi que de cigarettes. (sh)

2. Quel temps d’écran pour les juniors?

Quelle que soit la situation, il ne faut rien changer aux bonnes pratiques. Pas d’écrans avant 2 ans. De 2 à 5 ans, une heure maximum en présence d’un adulte. Ensuite, la durée peut être adaptée progressivement avec un respect strict des temps de repos: la nuit est faite pour dormir. Olivier Simon, médecin responsable du Centre du jeu excessif au CHUV, insiste sur le rôle crucial des parents dans cet encadrement: «il faut fixer des objectifs au-delà desquels le jeu s’arrête, une durée maximale avec des pauses, placer les écrans dans un espace commun avec des règles communautaires concertées. En résumé, apprendre à gérer et pas simplement à interdire.» (sd)

3. Peut-on boire l’eau du robinet en toute sécurité?

Oui! Le coronavirus ne se transmet pas par les réseaux d’eau potable. La consommation d’eau du robinet est donc sans danger. (seb)

4. Risque-t-on d’être contaminé par les aliments achetés (viande et légumes)?

Selon les experts, le passage du coronavirus des humains aux animaux d’élevage est peu probable. Par conséquent, la possibilité de transmission directe du virus par un aliment issu d’un animal contaminé a été exclue, souligne l’Autorité nationale française de sécurité sanitaire de l’alimentation (ANSES). Un individu infecté peut en revanche contaminer de la viande ou des légumes par sa toux, ses éternuements ou en les touchant avec des mains souillées. Selon l’ANSES, «aucun élément ne laisse toutefois penser que la consommation d’aliments contaminés puisse conduire à une infection par voie digestive; la possibilité d’infection des voies respiratoires lors de la mastication ne peut être cependant totalement exclue.» Pour ne prendre aucun risque, l’OFSP conseille de laver et de chauffer correctement les aliments. (seb)

5. Y a-t-il un remède miracle pour prévenir le virus?

Contrairement aux rumeurs, les compléments à base de vitamines C et D ne protègent en réalité pas des infections. Le zinc n’aurait pas non plus de rôle préventif. Aucune étude ne démontre en outre clairement que l’échinacée aide à prévenir et soigner les rhumes et autres virus.

Quant au sport, s’il est vrai que les personnes actives sont moins sujettes aux infections, il est aussi important de ne pas tomber dans l’excès. On recommande en principe de faire 20 minutes d’exercice, trois fois par semaine. En cas de confinement, Internet regorge de vidéos d’entraînement. (sh)

6. Comment éviter la dépression chez les aînés?

Il est essentiel de maintenir un réseau de proximité (familial ou de soins), en privilégiant des contacts réguliers, que ce soit par le biais d’appels téléphoniques fréquents, ou mieux encore si c’est possible via des outils de communication modernes tels que Skype ou WhatsApp, qui apportent l’image en plus du son. Il faut encore organiser sa journée, même de façon simple. On prévoira aussi des activités qui mobilisent le corps et l’intellect (exercices doux, activité intellectuelle adaptée).

Attention à la surinformation médiatique, anxiogène: les informations sont répétées en boucle, le ton est dramatique et le ressenti d’impuissance ne fait que grandir. Privilégier les activités apaisantes. A noter que les aînés qui ont déjà vécu sereinement des moments de solitude et ont déjà dû composer avec des changements sont mieux armés.

Ces mesures d’isolement peuvent également réserver des imprévus, comme en Italie puis dans d’autres pays, avec ces citoyens qui se mettent à chanter aux fenêtres, repris par tout le quartier, ou qui applaudissent le corps médical. «Une situation qui semble au départ peu propice à l’échange offre une incroyable opportunité de générer du lien social», souligne Umberto

Giardini, médecin-chef du département psychiatrie de l’âge avancé au Centre neuchâtelois de psychiatrie (CNP). (ab)

7. Faut-il constituer des réserves en prévision d’une nouvelle détérioration de la situation?

«Même dans la situation actuelle, il n'y a aucune raison de constituer des provisions domestiques couvrant plus d'une semaine», relève l’Office fédéral pour l’approvisionnement économique du pays (OFAE). La nourriture stockée doit correspondre à vos habitudes alimentaires: du riz, des pâtes, de l’huile, des plats préparés, ainsi que du sel, du sucre, du café, du thé, des fruits séchés, du muesli, des biscottes, du chocolat, du lait UHT, du fromage à pâte dure, de la viande séchée et des conserves. Il s’agit bien sûr de réserves «au cas où», et il faut continuer à se nourrir sainement avec des produits frais, en s’approvisionnant de manière adéquate dans les commerces.

Ne pas oublier les articles d’hygiène, ainsi que les médicaments courants et personnels. (seb)

8. Quels jeux vidéos pour quel âge?

Le système PEGI (Pan European Game Information) aide les parents à faire un choix grâce à des repères visuels. Cinq logos indiquent les catégories d’âge: 3+, 7+, 12+, 16+, 18+. Et huit pictogrammes additionnels avertissent d’éventuels contenus sensibles (violence, langage grossier, sexe, etc.).

La signalétique figure sur la boîte. Si le jeu est vendu en ligne, on peut trouver les informations sur le site pegi.info.

Mais ce système est un guide, pas un blanc-seing. Selon Olivier Simon, médecin responsable du Centre du jeu excessif au CHUV, «la situation que nous vivons permet aux parents de s’intéresser au monde intérieur de leurs jeunes, et leur demander une visite guidée. Valoriser de manière sincère les enfants ou les adolescents aide en retour à négocier des limites claires». (sd)

9. Comment s’occuper de son chat ou de son chien si on est malade?

Les personnes contaminées et en quarantaine éviteront autant que possible tout contact avec leurs animaux de compagnie et demanderont à un individu en bonne santé de s’en occuper. Les chats et les chiens ne doivent dans ce cas pas être spécialement toilettés ou désinfectés, mais s’il faut sortir ces derniers, la promenade doit être brève, en laisse, et, si possible, sans contact avec d’autres animaux ou humains. L’Agence de santé publique du Canada a émis des recommandations pour les malades qui auraient encore leur fidèle compagnon à pattes chez eux: éviter tout contact proche avec ce dernier; ne pas le laisser vous lécher ou partager votre lit; éviter de tousser ou d’éternuer sur lui; se laver les mains avant de le nourrir; limiter les contacts de l’animal avec les autres êtres vivants. (seb)

10. Comment garder le moral quand on est confiné?

Une famille vaudoise, expatriée en Chine où elle vit confinée depuis bientôt huit semaines, explique comment rester zen. Pierrick et Min, contactés par téléphone, ont expliqué à leurs trois enfants de 9, 6 et 3 ans qu’il y avait une maladie à l’extérieur et que les sorties étaient devenues impossibles, ce qu’ils ont très vite compris. Pierrick recommande de ne pas stresser face au désordre dans la maison: ils ont pris le parti de laisser faire de la pagaille et de ranger en famille le soir. «Il est aussi important de ne pas culpabiliser si les enfants passent plus de temps que d’habitude devant les écrans», souligne le jeune père qui a toutefois décrété un ou deux jours par semaine de diète.

Enfin, cette situation est une chance pour entretenir le lien familial. Quitte à regarder la télé, la regarder ensemble. Ou encore faire de la préparation des repas un divertissement ludique: cela devient un but en soi et non plus une simple activité fonctionnelle. (sp)

11. Mon chat Mistigri, qui est dehors la plupart du temps, peut-il être contaminé?

«Il y a eu un cas d’infection chez un chien à Hong Kong mais, à ce jour, rien ne prouve que les animaux de compagnie, tels que les chiens ou les chats, peuvent transmettre la COVID-19», note l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Les animaux vivant sous le même toit qu’une personne atteinte par le coronavirus peuvent éventuellement être infectés ou contaminés, relève toutefois l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Cependant, «les animaux eux-mêmes ne présentent aucun symptôme de la maladie, c’est-à-dire qu’ils ne tombent pas malades». (seb)

12. Quels risques courent les aînés en période de confinement?

Le mot d’ordre aux seniors: rester chez soi et croiser le moins de monde possible. «Dans ce contexte, ils risquent d’être confrontés à des troubles anxieux et dépressifs», explique Umberto Giardini. «Il est intéressant de noter que dans cette situation exceptionnelle, les personnes comprennent parfaitement la nécessité des consignes d’isolement. En les acceptant, elles contribuent même à l’effort collectif, ce qui est vécu comme valorisant», fait-il remarquer. Toutefois, au fil des semaines le facteur temps risque d’agir en défaveur des personnes isolées, par phénomène d’épuisement psychique. (ab)

13. Comment fixer un cadre aux ados?

«Il est important de conserver un cadre et un rythme différent des vacances», explique Gina Paiva, pédopsychiatre à Lausanne. En semaine, le rythme des journées correspondra à celui de la période d’école: on peut se lever un peu plus tard, mais on se douche et on s’habille. Prévoir plusieurs activités: il y a un temps pour les devoirs et un temps pour les loisirs. La télévision ne devrait pas être enclenchée plus tôt que les jours d’école, à moins qu’on choisisse ensemble un programme éducatif. Place enfin à la créativité: c’est le moment de sortir les jeux de société ou d’en inventer, de faire sa propre BD ou d’aider les aînés à faire leurs courses. Les vraies vacances de Pâques commencent le 4 avril: il sera alors temps de faire la grasse matinée. (chr)

14. Faut-il se montrer plus souples sur l’achat de jeux vidéo?

Non. Et pas seulement pour préserver le porte-monnaie. Certains jeux utilisent un système de micro-achats intégrés pour progresser plus vite ou améliorer l’aspect de son personnage. «Lors ce type d’achat, ce sont les mêmes mécanismes qui se mettent en place qu’avec les jeux d’argent. Avec un risque d’addiction», prévient Olivier Simon. «Là encore, il ne faut pas céder à la facilité et endosser son rôle d’adulte de référence. Il est important de donner l’exemple, d’être responsable, et d’être bienveillant.» (sd)

Nous continuons à répondre à vos questions au jour le jour sur le site Bonasavoir.ch/coronavirus.

Vous pouvez aussi poser vos questions en ligne ou à info@masantemag.ch.