Restez un consommateur averti et profitez de nos avantages abonnés
Pourquoi pas
Non merci
Panier
x
Le panier est vide

Sécher les cours pour le climat, un droit?

«Mon fils, gymnasien, est déterminé à participer à la manifestation pour le climat aujourd’hui. Il semblerait toutefois que son collège ne considère pas le motif d’absence de participation à une grève pour le climat comme admissible. Est-ce légal?»

A vous de jouer:
Faites votre choix pour découvrir la bonne réponse et l'explication correspondante.

Perdu! votre réponse est fausse
Bravo! votre réponse est juste
78% des lecteurs ont trouvé la bonne réponse.

En effet, de la tolérance absolue dans certains établissements, jusqu'aux sanctions systématiques, les mesures envers les élèves absents pour la grève du climat varient beaucoup en Suisse romande. La plupart des cantons se laissent encore la liberté de réévaluer leur dispositif, mais de manière générale, la volonté des jeunes de s’engager pour le climat est prise en considération et respectée en tant que telle.

Cet appel à manifester ne doit toutefois pas constituer un blanc-seing pour faire l’école buissonnière au nom du réchauffement climatique. Ainsi, certains cantons comme le Jura ou Neuchâtel exigent que les cours manqués soient rattrapés ou qu’un travail sur le thème du développement durable soit présenté. Vaud et Genève quant à eux acceptent la participation à la grève comme motif d’absence et ne sanctionneront pas les manifestants. La question du rattrapage de tests agendés au 15 mars reste ouverte, et il n’est pas impossible que les élèves qui ratent un examen prévu ce jour-là se voient quand même attribuer la note minimale. En Valais, pas question de manquer les cours pour aller manifester, l’État considérant qu’il y a suffisamment de temps libre en dehors des heures de cours pour participer à des activités citoyennes.

En conclusion, ce sont les cantons, respectivement les établissements scolaires ou post-obligatoires qui peuvent décider des motifs d’absence admissibles, grève du climat ou pas. Les Greta Thunberg romands sont avertis.

Kim Vallon