Restez un consommateur averti et profitez de nos avantages abonnés
Pourquoi pas
Non merci
Panier
x
Le panier est vide

Le combat du cerveau pour faire du sport

Vous avez souscrit un abonnement de fitness ou acheté un vélo d’appartement que vous avez vite cessé d’utiliser, la ritournelle est classique. Mais comment se fait-il que beau- coup d’entre nous préfèrent paresser, alors que nous savons pertinemment que faire du sport, c’est bon pour la santé? Les chercheurs nomment ce phénomène le «paradoxe de l’activité physique», et ils désignent un responsable: notre cerveau! Lorsque nous voulons faire du sport, cette belle intention se heurte à notre penchant naturel pour la sédentarité, nous apprend un communiqué des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). «La minimisation de l’effort était capitale pour l’espèce humaine au cours de l’évolution. Cette tendance à l’économie et à la conservation des ressources augmentait les chances de survie et de reproduction», précise Boris Cheval, chercheur aux HUG. Or, si cette optimisation énergétique est désormais caduque dans nos sociétés d’abondance, le combat qui s’opère dans notre cerveau tourne encore souvent en sa faveur. Et les recherches des HUG nous expliquent pourquoi: «le cerveau doit solliciter beau- coup plus de ressources pour s’éloigner de la sédentarité que pour suivre son penchant à la minimisation de l’effort», révèle Boris Cheval. Ainsi, il est plus dur de sortir de son canapé que d’y rester. seb