Restez un consommateur averti et profitez de nos avantages abonnés
Pourquoi pas
Non merci
Panier
x
Le panier est vide

Edito: L’opacité rend malade, la transparence soigne…

Nous l’écrivions dans le tout premier numéro de Ma Santé: les primes d’assurance maladie et l’envol des coûts de la santé seront présents dans tous les débats en 2018. En février, lors de sa conférence de presse annuelle, Stefan Meierhans, le Surveillant des prix, n’a pas dit autre chose: «Depuis l’introduction de l’assurance obligatoire des soins en 1996, les primes des caisses maladie pour adultes ont connu une progression moyenne de 4,6% par an. Cette hausse est considérablement supérieure à la croissance économique et à l’augmentation générale des salaires.» Et d’annoncer vouloir multipler en 2018 les propositions ayant un impact sur le système et visant à maîtriser les coûts.

Comment et où commencer? Si l’actualité a mis en lumière les salaires jugés excessifs de certains médecins, tout comme les abondantes réserves des caisses maladie ou encore la surconsommation de soins par les assurés, notre comparatif en pages 14 et 15 dévoile la jungle des prix des médicaments en Suisse. Dans la pharma toujours, Stefan Meierhans s’appuie sur des écarts exorbitants entre la Suisse et l’étranger pour exiger des mesures correctrices rapides, en autorisant notamment des importations parallèles. Dans le secteur hospitalier, il apporte une contribution active et offre, pour la première fois, une vue d’ensemble des tarifs de vingt traitements hospitaliers stationnaires fréquents dans les établissements publics et privés du pays. Liste qu’il s’engage à mettre à jour annuellement afin de faire pression sur les acteurs aux tarifs plus élevés.

Ces démarches sont bienvenues! De son côté, l’assuré ne doit pas oublier qu’il est également un maillon de la chaîne. Qu’il doit bien sûr réfléchir avant de consulter, mais aussi contrôler la facture des médecins et autres praticiens. Aussi spontanément qu’une quittance de grande surface: si un produit non acheté a été facturé, il sera signalé dare-dare. Bien sûr, le décryptage des points Tarmed n’est pas aussi simple qu’une ligne de ticket de caisse. Qu’à cela ne tienne, notre article en page 9 apporte les clés nécessaires pour mieux comprendre, décrypter et – au besoin – contester.

Cette sensibilisation à l’évolution des coûts de la santé passe par une transparence accrue dans tous ces domaines.

Zeynep Ersan Berdoz