Restez un consommateur averti et profitez de nos avantages abonnés
Pourquoi pas
Non merci
Panier
x
Le panier est vide

Plainte déposée contre le bpa

Malgré l'intervention du préposé fédéral à la protection des données, le bpa refuse de transmettre les résultats complets d'un test sur des tables à langer. Notre partenaire alémanique K-Tipp a déposé plainte.

Chaque année, en Europe, quelque 5500 bébés se blessent à la suite d'une chute de la table à langer, parfois sérieusement à la tête. Voilà pourquoi, sur mandat du Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO), le Bureau de prévention des accident (bpa) a testé, en 2015, la sécurité de neuf tables vendues en Suisse. Or, un tiers d'entre elles présentaient des défauts suffisants pour que leur retrait de la vente soit ordonné, tant que la sécurité ne serait pas améliorée. Et ordre aussi a été donné que les parents qui en avaient achetées soient avertis.

Pour deux des modèles incriminés – Lena de la société Lipo et Malin 2 de Kuli-Muli – un avis a été posté sur le site du bpa. Mais le producteur du troisième a directement informé sa clientèle et on ne connaît donc pas son nom. Ni ceux des six autres produits, alors que le bpa a parfois aussi constaté des problèmes.

Du coup, notre partenaire K-Tipp a demandé la publication de tous les résultats, en invoquant la loi sur la transparence. Le magazine des consommateurs alémaniques a certes reçu un rapport, mais les noms des produits étaient caviardés, sous prétexte que les problèmes rencontrés étaient mineurs et pas graves.

Après intervention du préposé fédéral à la protection des données, un nom a quand même été lâché, celui du modèle où aucun problème n'avait été constaté, la table Sundwick de Ikea. Les autres ne pourraient être donnés que si les producteurs donnaient leur accord. Ce ne fut le cas que de la société Tchibo, sa table Baby-Kommode étant, notamment, annoncée pour des enfants jusquà 15 kg au lieu de 11. Sa représentante affirme toutefois que les modèles aujourd'hui en vente sont en ordre.

Tenace, K-Tipp ne s'est toutefois pas contenté de ce bilan partiel et a demandé au préposé fédéral de prendre clairement position. Or, début juillet, celui-ci a conclu que l'intérêt d'une publication intégrale des tests est prépondérant à l'intérêt privé des commerçants. Il a donc demandé au bpa de transmettre la totalité des résultats du test à la rédaction, ce que le bureau a à nouveau refusé de faire, estimant, en l'état, que la tenue du secret passe avant la loi sur la transparence.

K-Tipp a donc officiellement déposé plainte et ce sera au Tribunal administratif fédéral de décider si, oui ou non, l'intérêt des consommateurs prime sur celui des fabricants!

Christian Chevrolet