Panier
x
Le panier est vide

Détecter soi-même l’apnée du sommeil

Un homme de plus de 40 ans sur deux est atteint du syndrome d’apnée du sommeil (SAS), soit une mauvaise oxygénation due à un dysfonctionnement des muscles du pharynx*. Cinq par heure, ça va, mais lorsque le rythme passe à 20, il y a un problème avec, notamment, possibilité d’AVC et d’hypertension. Or, la majorité des personnes à risque l’ignore. Des chercheurs du CHUV ont donc mis au point un test, appelé «NoSAS», qui permet de faire une évaluation en répondant à cinq questions (âge, sexe, IMC, tour de cou et ronflements). Si le résultat est positif et que l’individu est sujet à de fréquentes fatigues, son médecin lui recommandera vraisemblablement des examens permettant de mesurer le flux respiratoire. Le test est disponible sur notre site internet* ou sur l’application gratuite NoSAS Score (iPhone et Android). cc

Lire le bonus web: Zoom sur l’apnée du sommeil