Restez un consommateur averti et profitez de nos avantages abonnés
Pourquoi pas
Non merci
Panier
x
Le panier est vide

Un meilleur contrôle de certains abattoirs

Des animaux qui se vident de leur sang alors qu’ils sont conscients, des porcs qui ne sont pas endormis correctement, des employés qui tordent la queue des bœufs. Les contrôles de la Protection suisse des animaux (PSA) ont montré que ces pratiques, pourtant interdites, sont courantes dans les abattoirs de notre pays. Sous la pression de ces révélations, publiées dans les pages de notre partenaire K-Tipp, huit des plus importants abattoirs – dont cinq appartenant à Bell, une filiale de Coop – permettent désormais à la PSA d’effectuer des contrôles non annoncés. Ces abattoirs ainsi que trois autres autorisent, pour la première fois, la publication des résultats. Plus de la moitié de la viande de bœuf et de porc suisse provient de ces exploitations, selon la PSA.

De son côté, Micarna, la filiale de Migros, ne fait plus appel aux services de l’abattoir de Clarens (VD), où des manquements avaient été constatés.

Toutefois, la majeure partie des 550 abattoirs de Suisse n’autorisent toujours pas les visites externes. En 2019, un rapport de l’Office fédéral pour la sécurité alimentaire avait conclu que la plupart des petites exploitations présentaient des déficiences au niveau de la saignée et de l’anesthésie.

eb / sp