Restez un consommateur averti et profitez de nos avantages abonnés
Pourquoi pas
Non merci
Panier
x
Le panier est vide

Les distributeurs gaspillent des tonnes de pain toast

Alimentation Les grands distributeurs suisses se positionnent volontiers contre le gaspillage alimentaire. Mais ils jettent, eux-mêmes, des centaines de tonnes de pain toast chaque année.

Migros jette 530 tonnes de pain toast, chaque année. Plus précisément, les entames – ou quignons – des pains foncés. Cela représente 725 000 grands paquets de toasts. Ces chiffres, c’est Migros elle-même qui les a publiés, à la mi-mars, dans son magazine. L’entreprise annonçait alors fièrement que, pour deux sortes de toasts foncés, elle laisserait les entames dans l’emballage, gratuitement, à titre d’essai jusqu’en mai. Si l’expérience est concluante, tous les toasts foncés garderont leurs entames.

L’aveu de Migros contraste avec son engagement affiché contre le gaspillage. Sur son site internet, le groupe écrit: «La nourriture a sa place sur une assiette et non dans la poubelle.»

Contacté, le Service de presse précise que les entames servent à nourrir des animaux.

Malgré tout, la question se pose: pourquoi Migros met-elle de côté de telles quantités de pain consommable? «Chaque client doit pouvoir choisir ce qu’il préfère», répond l’entreprise. Les toasts blancs, eux, continueront d’être vendus sans les bouts. Mais, au moins, les restes sont transformés en chapelure. Un exemple des rayons de Migros montre qu’il est possible de vendre des toasts avec leurs bouts: les M-Budget, blancs et foncés.

Pas mieux chez la concurrence

Migros n’est pas la seule à gaspiller les entames. Chez Coop, les bouts ne se trouvent pas dans le paquet des toasts, sauf pour la gamme Prix-Garantie et la marque Mulino Bianco. Cela répond à «un besoin des clients», dit le distributeur. Ils deviennent de la chapelure, sont ajoutés à des nouvelles pâtes ou finissent dans les auges des animaux.

Aldi, Lidl et Denner ne vendent que des toasts sans entames. Pour Lidl, il s’agit d’une forme «courante sur le marché». Aldi souligne qu’il est ainsi plus facile de différencier les pains. Denner explique que les clients n’apprécient pas les bouts. En plus, ces parties contiennent «relativement beaucoup d’acrylamide, ce qui n’est pas bon pour la santé». Cela n’empêche toutefois pas le discounter d’en faire de la chapelure ou de les ajouter à de nouveaux mélanges de pâtes. Aldi et Lidl disent, eux aussi, recycler dans de nouvelles pâtes. Selon Aldi, l’ingrédient souligne le bon goût des pains.

Aucun de ces distributeurs n’a accepté de nous dévoiler quelle quantité de toast finit à la poubelle. Si 530 tonnes de déchets découlent chaque année de la seule production du toast foncé chez Migros, il y a fort à parier que le gaspillage se compte en milliers de tonnes pour tous les distributeurs.

Marco Diener / sp