Restez un consommateur averti et profitez de nos avantages abonnés
Pourquoi pas
Non merci
Panier
x
Le panier est vide

Edito: Dire oui ou non, mais ne pas garder le silence

Moins de 2% de la population suisse est inscrite sur le Registre national du don d’organes. Près de 120 000 personnes, dont je fais partie, y déclarent leur consentement, tandis que 8000 s’y opposent.

Ce choix, éminemment personnel, chacun de nous en dispose. Mais peu de gens le communiquent. La moitié des proches ne connaissent pas la volonté d’une personne au moment de sa mort. Résultat, lors d’un décès, près de 60% des familles refusent le don d’organes. Et, chaque semaine en Suisse, une ou deux personnes en attente d’une greffe décèdent.

Il y a quatre ans, la Jeune Chambre internationale de Montreux a lancé une initiative populaire radicale, réclamant un renversement de paradigme: elle demandait que le don d’organe devienne la règle pour tous, à moins de s’y opposer expressément. L’initiative a abouti, elle a été déposée en mars 2019 avec 113 000 signatures.

Le Conseil national et le Conseil des Etats ont rejeté l’initiative, mais ont modifié la loi sur la transplantation, dans le sens des initiants. La votation populaire sur cette nouvelle réglementation a ainsi été évitée. Car si les initiatives doivent être soumises au peuple, les modifications de lois ne le sont que si quelqu’un récolte 50 000 signatures en l’espace de trois mois. C’est ce qu’a décidé de faire un groupe de médecins, d’infirmiers, de juristes et d’éthiciens, qui a lancé un référendum à la mi-octobre. Le délai de collecte court jusqu’au 20 janvier 2022.

Depuis le début de Bon à Savoir, l’objectif de toutes nos actions reste le même: informer les consommateurs en toute transparence, afin que chacun puisse faire des choix en connaissance de cause. Comme nous l’avons fait en 2017 pour le paquet «Prévoyance 2020» et, en 2018, pour la Loi fédérale relative à la réforme fiscale des entreprises et du financement de l’AVS (RFFA), nous avons décidé de soutenir ce référendum et de publier une feuille de signatures afin que ce sujet soit débattu au grand jour.

Quelle que soit votre opinion, nous estimons qu’elle doit pouvoir s’exprimer dans les urnes.
Dites oui ou dites non, mais ne gardez pas le silence.

Toute la rédaction de Bon à Savoir vous souhaite de Joyeuses Fêtes et une heureuse année 2022. Rendez-vous en janvier!

Pierre-Yves Muller
Rédacteur en chef