Restez un consommateur averti et profitez de nos avantages abonnés
Pourquoi pas
Non merci
Panier
x
Le panier est vide

Pesticides dans le pain: le bio tient ses promesses

Pains Les produits bio et IP-Suisse que nous avons fait analyser ne contiennent pas de pesticides. En revanche, près d’un tiers des pains conventionnels présentent des résidus ou des traces de substances phytosanitaires.

Les pains vendus en Suisse contiennent-ils des résidus de pesticides? La question méritait d’être posée: l’agriculture conventionnelle en utilise lors de la culture du blé et pendant le stockage des céréales. En revanche, le cahier des charges de Bio Suisse interdit l'utilisation des pesticides de synthèse.

Etonnement, les chimistes cantonaux n’effectuent pas d’analyses sur la présence de pesticides dans le pain. La raison: le législateur n’a pas fixé de normes. Il existe des limites maximales en résidus de pesticides (LMR) pour le blé, mais pas pour l’aliment transformé qu’est le pain.

Face à cette situation, nous avons donc décidé, en collaboration avec On en Parle (RTS-la Première), d’effectuer nos propres investigations en nous rendant dans les principaux supermarchés, Migros, Coop, Aldi et Lidl. Nous avons acheté 28 pains conventionnels, bio ou IP-Suisse, que nous avons envoyés à un laboratoire spécialisé européen. Les experts ont recherché pas moins de 560 molécules (lire encadré).

La qualité possible sans se ruiner

Les résultats? D’abord, une excellente nouvelle: le labo n’a décelé aucun pesticide dans les neuf produits bio et les trois IP-Suisse testés (voir tableau). Ces pains tiennent donc leurs promesses en matière de contaminants, aussi bien pour des produits bon marché, comme la livre de pain mi-blanc M-Budget IP-Suisse vendue 1.10 fr. que des produits plus chers, comme le Vital bio d’Aldi (8.10 fr. le kilo), avec des flocons d’avoine et de seigle, ainsi que des graines de tournesol et de courge. Côté tarif, il faut noter que notre panier bio et IP-Suisse est bien plus coûteux que celui des pains conventionnels puisque le prix moyen au kilo atteint 5.56 fr. contre 3.62 fr. (+ 54 %).

Presque un tiers des pains conventionnels touchés

Les pains conventionnels sont moins chers, mais leur bilan est beaucoup moins brillant, puisque près d’un tiers d’entre eux contiennent des résidus ou des traces de produits phytosanitaires! Les experts ont ainsi trouvé de la cyperméthrine et/ou du pipéronyl-butoxyde dans cinq des seize échantillons (voir tableau des pains conventionnels).

Un pesticide et un synergiste

La cyperméthrine est un insecticide à large spectre d’action fréquemment utilisé dans l’agriculture. Sa présence ne constitue donc pas une grande surprise. «Elle est homologuée en Suisse pour le traitement phytosanitaire des céréales, par exemple pour lutter contre le vers gris ainsi que contre les ravageurs des denrées stockées», précise Patrick Edder, chimiste cantonal genevois.

Le pipéronyl-butoxyde, ou butoxyde de pipéronyle, n’est, quant à lui, pas un pesticide à proprement parler, mais ce que l’on appelle un «synergiste». «Il est sans activité insecticide intrinsèque, sa fonction visant à renforcer l’action insecticide, et n’est donc pas considéré comme une substance pesticide active dans l’UE», explique Nicolas Roth, toxicologue au Centre suisse de toxicologie humaine appliquée (SCAHT). «Il fait, par exemple, partie des préparations contenant de la cyperméthrine pour renforcer son effet», note Patrick Edder.

Cette fonction explique la présence conjointe des deux substances sous forme de résidus (>0.030 mg/kg) ou de traces ((voir tableau des pains conventionnels).

Trois aliments ne contenaient que du pipéronyl-butoxyde, sans que le labo ait trouvé, en quantités décelables, le pesticide qu’il renforçait. «Le processus de préparation de la farine, puis de panification peut diminuer, voire éliminer sa présence», explique Patrick Edder.

Résultats encourageants

Quelles conclusions tirer de nos résultats? «Honnêtement, je trouve que c’est une bonne nouvelle. On aurait pu imaginer retrouver bien davantage de résidus de pesticides au vu du nombre qui est utilisé aujourd’hui dans l’agriculture», répond Nicolas Roth.

Des analyses menées par le magazine français 60 millions de consommateurs, en 2021, ont d’ailleurs montré des résultats nettement plus contrastés, puisque «la plupart des 28 produits analysés présentaient des résidus de pesticides». Les investigations portaient sur des pains de mie, burgers et bagels.

Concernant les risques pour la santé des consommateurs, le spécialiste relève que les valeurs toxicologiques de référence (VTR) sont de 0.2 mg par kilo de poids corporel pour le pipéronyl-butoxyde et de 0.005 mg par kilo de poids corporel pour la cyperméthrine.

Une personne de 70 kilos pourrait ainsi manger 700 tranches de 50 g de pain contenant 0.01 mg/kg de cyperméthrine par jour «sans qu’il y ait un risque pour sa santé». Avec le pipéronyle-butoxyde, on pourrait ingurgiter quotidiennement 14 000 tranches d’un pain qui en contiendrait 0.02 mg/kg! Ces calculs ne sont toutefois valables que si cet aliment est la seule source d’exposition.

Perturbateur endocrinien?

François Veillerette a un discours moins rassurant. Le directeur de l’association française de défense de l’environnement Générations Futures note que la cyperméthrine et le pipéronyl-butoxyde figurent dans la base de données américaine «The Endocrine Disruption Exchange» où ils sont suspectés d’être des perturbateurs endocriniens (PE). Ces substances sont accusées de perturber le fonctionnement du système hormonal et de contribuer à des nombreuses pathologies: infertilité, maladie thyroïdienne, malformations congénitales, cancers, etc. Les humains y sont plus vulnérables à certaines périodes de leur vie, avec des sensibilités particulières durant les périodes de développement (fœtus, petite enfance, puberté). Et de très faibles doses peuvent avoir des effets importants, note François Veillerette:. «Soyons clairs, vous n’allez pas tomber raide mort en ingérant une petite quantité de perturbateurs endocriniens», rassure notre interlocuteur. En revanche, le co-auteur du livre «Pesticides, révélations sur un scandale français» (2007) estime que, au vu des incertitudes, il est judicieux d’adopter une démarche préventive en essayant de diminuer au maximum son exposition. Dans cette optique, on préférera des pains qui ne contiennent pas de résidus de pesticides.

Sans résidus, c’est mieux

Antoinette Gilson, membre du Conseil de la Fondation Future 3.0 et du comité de l'association «Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse», estime, de son côté, que la cyperméthrine n’a pas été évaluée correctement. «Je pense qu’il faudrait recommander aux femmes enceintes, aux petits enfants et aux adolescents de ne pas consommer d’aliments qui en contiennent tant que cette substance n’a pas été réévaluée.» Un principe de précaution que partage Laurence Huc de l’Institut national français de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE): «Il vaut mieux consommer des produits dépourvus de résidus, même si les expositions les plus préoccupantes restent celles de professionnels, des personnes vivant à proximité des cultures et des personnes vulnérables comme les malades, les femmes enceintes et les enfants.»

Réaction des fabricants

Interrogés sur les résidus trouvés, Aldi, Lidl et Migros nous ont répondu que leurs produits respectent les dispositions légales. Migros précise avoir pour principe de «recourir le moins possible à de telles substances» et que celle que nous avons trouvée «est utilisée dans des cas exceptionnels lors du stockage des céréales». Selon le distributeur, «aucune mesure supplémentaire n’est nécessaire». Aldi, qui parle de «résidus mineurs», précise, de son côté, qu’il examinera «avec son fournisseur si des mesures d’optimisation s’imposent».

Sébastien Sautebin

Voir les résultats
Lire l'article