Restez un consommateur averti et profitez de nos avantages abonnés
Pourquoi pas
Non merci
Panier
x
Le panier est vide

Edito: Et pourtant, le bio n’est pas un luxe

En juin dernier, la population suisse a tranché: pas question de supprimer les produits phytosanitaires dans l’agriculture. Le bio restera donc une denrée de luxe, difficilement accessible aux ménages modestes.

Les consommateurs voulant éviter les pesticides continueront à payer le prix fort, pour le bonheur des grandes surfaces qui tirent les plus gros profits de ce marché. Comme nous l’avons montré à plusieurs reprises, non seulement les produits restent en moyenne 50% plus chers que leurs équivalents conventionnels (ce que confirme l’Office fédéral de l’agriculture), mais de plus, les marges appliquées par les distributeurs sont également beaucoup plus élevées. Si leur montant exact reste caché derrière un secret d’entreprise bien opportun, nos voisins français ont pu démontrer qu’elles s’avèrent 75% plus hautes dans le biologique que dans le conventionnel.

Quand on sait que la part du marché bio a progressé de 20% en 2020, en Suisse, et qu’elle a même doublé ces dix dernières années, on ne s’étonnera pas que ce secteur soit devenu un terrain de jeu particulièrement prisé des supermarchés.

Comme le montre le comparatif que nous avons établi ici, les prix varient dans des proportions impressionnantes et laissent apparaître un écart massif entre les hard-discounters Lidl et Aldi, d’un côté, et les magasins Coop et Migros, de l’autre. La différence de coût sur l’assortiment entre ces enseignes atteint jusqu’à 43%.

Certains distributeurs mettent en avant des labels plus exigeants pour justifier la différence, malgré le fait que tous répondent aux exigences de la réglementation bio fixée par l’Union européenne, et à laquelle la Suisse est tenue de s’adapter pour respecter l’accord d’équivalence.

Que peuvent espérer les consommateurs dans ces circonstances? Un probable alignement progressif de Coop et de Migros sur les tarifs de Aldi et de Lidl, comme les deux géants suisses l’ont fait sur le segment des produits d’entrée de gamme, en une dizaine d’années.

En attendant, à nous de comparer et de privilégier les enseignes qui offrent les tarifs les plus avantageux.