Restez un consommateur averti et profitez de nos avantages abonnés
Pourquoi pas
Non merci
Panier
x
Le panier est vide

Je n’ai plus faim, j’arrête de manger

A propos de notre article «L’épidémie nommée surpoids» (5/20)

Dans votre article, sous la rubrique, vous écrivez notamment qu’il faut «apprendre à ne pas finir son assiette». Je dois avouer que je trouve cette remarque vraiment déplacée surtout quand on sait que beaucoup d’individus ne mangent pas à leur faim et que la famine provoque la mort de nombreuses personnes dans certains pays. Et vous conseillez de ne pas finir son assiette? Ne serait-il pas plus juste d’écrire: servez-vous peu, terminez votre assiette et resservez-vous si vous avez encore faim?

Olivier Junod

Un des défis, pour la diététique, est de lutter contre l’épidémie de surpoids et d’obésité qui provoque près de 3 millions de morts par année. L’un des conseils à suivre, dans notre société d’abondance, est de (re)trouver les signaux de son corps qui signalent la satiété, de manière à cesser de manger quand on n’a plus véritablement faim. Mais l’idée n’est pas de jeter la nourriture. Avec des restes et un peu d’imagination, on peut apprêter de délicieux repas. On peut aussi les utiliser pour préparer des bouillons de viande ou de légumes, par exemple, que l’on conservera au congélateur si nécessaire. Au restaurant, on demandera un «doggy bag», ce que les gens hésitent trop souvent à faire, hélas. En France, à compter du 1er juillet 2021, la loi Alimentation prévoit que les restaurants et les débits de boissons à consommer sur place doivent mettre à la disposition des clients, qui en font la demande, des contenants réutilisables ou recyclables permettant d’emporter les aliments ou les boissons non consommés sur place. Malheureusement, rien de tel n’est encore prévu chez nous. Nos conseils n’étaient donc pas un appel au gaspillage. Ils visaient à rappeler que tout ce que nous mangeons sans faim est de trop.

La rédaction