Restez un consommateur averti et profitez de nos avantages abonnés
Pourquoi pas
Non merci
Panier
x
Le panier est vide

Duo choc et chic

Dégustation En binôme ou associés à d’autres cépages, le gamaret et le garanoir produisent des assemblages de belle facture. Le vin le plus cher, de culture biologique, a survolé les débats

Souvent séduisants, rarement décevants. L’aphorisme est tout trouvé pour résumer une dégustation qui a emballé l’ensemble du jury.
Jamais, les notes n’ont été aussi élevées avec pas moins de sept vins totalisant 14.5 points ou plus! Et même les rouges relégués au bas du classement ont sauvé la mise avec une note jamais inférieure à 12.5.

Savoir-faire à l’honneur

Les pisse-vinaigres attribueront cet excellent résultat d’ensemble à l’humeur du jury ou au millésime. Sur ce dernier point, il est vrai que la récolte de 2018 a été remarquable sur un plan aussi bien qualitatif que quantitatif. Le classement montre d’ailleurs que les trois crus de 2017 n’ont pas réussi à régater avec les meilleurs. Mais c’est dans le savoir-faire élevé des viticulteurs suisses qu’il faut surtout aller chercher les raisons de ce succès global.

Les assemblages retenus pour notre dégustation à l’aveugle ont, comme point commun, la présence de gamaret et de garanoir (lire encadré). La grande majorité des bouteilles trouvées dans les grandes surfaces associent ces deux cépages avec deux autres classiques: le gamay et/ou le pinot noir. Un seul vin se distingue par la présence audacieuse de dornfelder: le vainqueur.

Et quel vainqueur! Seul rouge bio du lot, le Cohésion, produit par Yvan Parmelin, à Bursins (VD), a fait l’unanimité du jury. A la fois fruité, complexe et rond, il a été gratifié d’une note finale qui en dit long sur ses qualités (16.3). «C’est un assemblage très bien fait, avec une belle concentration, de l’ampleur et de l’intensité. Un vrai vin de plaisir avec une rondeur très appréciable», approuve Claudio De Giorgi.

De la qualité à prix d’ami

Son dauphin, le Château de St-Saphorin-sur-Morges, n’est certes pas aussi flamboyant, mais son rapport qualité-prix (9.90 fr.) est irréprochable. Comme le vainqueur, c’est un assemblage qui a la particularité d’être dominé par le pinot noir. «Le nez est très élégant, avec de belles notes fruitées et légèrement épicées. C’est un vin équilibré dont l’acidité bien dosée apporte de la fraîcheur», note Claire Mallet.

Seule bouteille auréolée du label de qualité Terravin, le Protagoniste, du Domaine de la Ville de Morges, se hisse sur la troisième marche du podium. Très expressif, avec un boisé bien intégré, l’assemblage a plu pour son intensité aromatique et sa longueur en bouche. Ses tanins plus fermes et sa concentration élevée en alcool ont, en revanche divisé le jury. Idem pour le populaire As de Cœur qui doit se contenter de la médaille en chocolat.

Yves-Noël Grin