Restez un consommateur averti et profitez de nos avantages abonnés
Pourquoi pas
Non merci
Panier
x
Le panier est vide

Le bio coûte toujours plus cher

Alimentation En préférant un produit bio à un article bon marché, les consommateurs paient environ 150% plus cher. Globalement, cet écart s’est sensiblement accentué au cours des dernières années.

Le succès du bio ne se dément pas. Sa part de marché en Suisse frôle les 10% pour un chiffre d’affaires de plus de 3 milliards de francs. Cet engouement profite avant tout aux grands distributeurs Coop et Migros. Alors qu’il était déjà marqué, le surcoût du bio par rapport aux produits d’entrée de gamme est plus important que par le passé.

Assortiment réduit chez les discounters

Nous avons comparé les prix de 40 aliments issus de l’agriculture biologique avec les produits classiques les moins chers (lire «Les coulisses de notre comparatif») Les achats ont été réalisés chez Coop et Migros ainsi que chez Aldi, Denner et Lidl. Seuls les articles des deux géants orange ont été retenus dans notre tableau, en raison de l’assortiment bio très réduit des deux hard discounters allemands et de Denner.

Chez Lidl et Aldi, environ la moitié de notre panier d’achat était disponible en bio, chez Denner seulement un quart. «Nous savons par expérience que de nombreux produits biologiques sont vendus à un prix supérieur au seuil de tolérance de nos clients», explique Denner. Reste que les produits bio sont presque sans exception moins chers chez les discounters que chez Coop et Migros.

Ecart abyssal

Résultat des courses: en comparant les articles bio et non bio les moins chers, le fossé est impressionnant. En moyenne, ils coûtent deux fois et demi plus chez Coop et légèrement moins chez Migros. Autre constat, les différences de prix restent les plus sensibles pour les fruits et les légumes. A l’inverse, elles sont plus faibles pour les produits laitiers et la viande.

Le cas le plus extrême est celui de l’ail: l’ail bio, chez Coop, revient à 12.67 fr. les 500 g contre 1.75 fr. pour de l’ail classique. Le consommateur qui tient absolument à s’offrir de l’ail bio devra donc débourser huit fois plus! Il en va de même pour le thé noir de Migros: le paquet de 100 sachets de qualité biologique est vendu 14.50 fr., tandis que le M-Budget revient à 1.75 fr. On constate également un écart de prix abyssal pour les pommes, les carottes ou la confiture. Par exemple, la confiture de fraises bio coûte 6.80 fr. les 500 g chez Coop contre 1.33 fr. les 500 g pour l’entrée de gamme Prix Garantie.

Luxe inabordable

Au total, le caddie bio de Coop revient à presque 229 fr. et celui de Migros à 219 fr. En optant pour les articles classiques les moins chers, l’addition n’atteint pas même 92  fr. chez les deux enseignes. Corollaire: entre les produits les plus avantageux et le bio, le surcoût est de 138,5% chez Migros et même de 149,7% chez Coop.

D’aucuns argueront que l’écart est fatal lorsqu’on confronte des articles «premier prix» avec du bio. Pourtant, nos comparatifs précédents n’avaient pas montré de telles différences: 75% en 2008, 66% en 2010 et 88% en 2014.

En excluant les produits d’entrée de gamme, l’Office fédéral de l’agriculture (OFAG) estime à un peu moins de 50% le supplément du bio en se basant sur un panier-type. Pour une famille au budget serré, manger sain exige donc un effort financier qui reste important.

Différences dissimulées

Interpellée sur ces différences, Coop estime que les paniers d’achat ne sont pas directement comparables. Les prix des fruits et des légumes en particulier fluctuent considérablement en fonction de la provenance, de la région, des conditions de récolte et de la saison, souligne l’enseigne. De son côté, Migros affirme que les différences entre bio et non-bio sont restées stables, ces dernières années, et que comparer les prix sans tenir compte de la qualité ou du type de produits ne fait pas sens.

Tous les grands distributeurs tentent par ailleurs de dissimuler le surcoût du bio en proposant des emballages de taille différente. Aldi, par exemple, vend les deux variétés de tomates au même prix. Mais l’emballage bio a un poids d’un demi-kilo, contre un kilo entier dans l’autre. Chez Denner, l’emballage de flocons d’avoine est moins cher que le conventionnel, mais il n’en contient que la moitié. Migros vend le vinaigre de fruits bio en bouteille de 5,7 dl. Ces stratagèmes compliquent considérablement les comparaisons au moment de faire ses achats.

Marco Diener / ab