Restez un consommateur averti et profitez de nos avantages abonnés
Pourquoi pas
Non merci
Panier
x
Le panier est vide

Du poisson pas frais et pas donné

Des filets décongelés vendus à prix fort ou congelés avec des vers et trop d’eau. Les poissons épinglés dans nos enquêtes ont tendance à couper l'appétit.

Un passage prolongé au congélateur tue la grande majorité des bactéries. Ce n’est pas pour autant qu’il masque toutes les traces suspectes: notre test des filets de poisson surgelés a donné des résultats inquiétants (lire «15 filets de poisson surgelés: des vers pris dans les filets!»). La majorité des produits ont obtenu une mauvaise note après leur passage au laboratoire. La présence de vers, de listéria ainsi que la forte proportion d’eau laissent pantois.

Des écarts incroyables

La politique de prix des supermarchés est un autre volet surprenant. En effet, on croit souvent à tort que les barquettes de poisson sous atmosphère protectrice contiennent de la marchandise fraîche. Mais ce n’est hélas pas toujours le cas: il peut s’agir de poisson qui a été décongelé avant d’être reconditionné. Pourtant, son prix est sensiblement plus élevé que le même produit congelé.

Chez Coop, le filet de pangasius surgelé coûte 11.05 fr./kg, alors que le décongelé grimpe à 28 fr./kg! Les deux variantes sont vendues sous la même marque Qualité & Prix, proviennent du Vietnam et sont produites selon les mêmes normes. En bref, c’est le même poisson! Coop ne conteste pas les faits. Selon sa porte-parole Alena Kress, c’est l’étape de décongélation qui expliquerait cet écart de prix: «C’est un processus très complexe, tout comme le conditionnement qui est réalisé en Suisse.»

Nous avons trouvé un exemple similaire chez Lidl qui vend ses filets de cabillaud congelés Ocean Sea à 12 fr./kg, alors que la version décongelée Fischer’s Choice se monnaie 24.90 fr./kg.  Les deux produits viennent de la même région et portent le même label. Lidl admet aussi que c’est le même poisson qui a été congelé directement après avoir été pêché. Selon le hard discounter, des frais de gestion et d’approvisionnement expliqueraient cette différence.

Yves-Noël Grin / Darko Cetojevic