Restez un consommateur averti et profitez de nos avantages abonnés
Pourquoi pas
Non merci
Panier
x
Le panier est vide

15 champagnes brut et mi-sec : bulles d’or à prix doux

Quinze champagnes brut et mi-sec dégustés à l’aveugle par vingt personnes. Avec une agréable surprise: le plus cher n’est pas le meilleur!

L’époque des achats de Noël est aussi celle durant laquelle la vente de champagne bat son plein. Coop, par exemple, réalise le 80% de ses ventes le mois précédant les fêtes de fin d’année. Et pour l’occasion, le consommateur est prêt à ouvrir un peu plus son porte-monnaie. Mais notre test portant sur 15 champagnes et vins mousseux le démontre: les bulles les plus chères ne sont pas forcément les meilleures.
C’est du moins le verdict des vingt dégustateurs non-professionnels, choisis arbitrairement, qui les ont goûtés à l’Ecole d’ingénieurs de Wädenswil. Des chimistes ont, d’autre part, recherché d’éventuelles substances toxiques (voir encadré).
Les dégustateurs ont bien sûr travaillé «à l’aveugle», mais pour une meilleure comparaison, les 15 mousseux – appellation légale des champagnes et des vins mousseux – étaient répartis en deux catégories: «brut» (moins de 15 gr de sucre/litre) et «demi-sec»

  • Le vainqueur des «brut» ne s’appelle ni Pommery, ni Moët et Chandon, mais Charles Bertin (voir tableau). Un produit avantageux (17,90 fr.) vendu par Coop. Mais l’honneur des produits chers reste sauf grâce au Pommery Brut Royal, qui prend la deuxième place. Déception, en revanche, du côté du célèbre et coûteux Moët et Chandon: il n’est qu’à un jet de bulles des produits bon marché, tels l’Arc de Triomphe ou Arroyo Seco Monterey.

Toutefois, se sont les vrais champagnes qui monopolisent le podium, même s’ils ne l’ont emporté que de justesse sur les vins mousseux Martini Brut et Welti Brut.

  • Parmi les produits «demi- sec», ce sont également les deux champagnes qui triomphent: le jury a sacré l’A. Rotschild et Cie, juste avant le Veuve Cliquot Ponsardin et le vin mousseux Henkel. Mais dans cette catégorie, contrairement aux «brut», il n’y a pas de vainqueur absolu: les trois premiers comptabilisent en effet à peu près le même nombre de points.


Aucune pitié pour les exotiques
L’Américain Arroyo Seco Monterey a raté l’examen, tout comme le Krimsekt russe et également le français L’Arc de Triomphe. Mais même Freixenet, leader sur ce marché, n’a pas été reçu!
Conclusion? Pour régaler vos invités, pas besoin de leur servir un champagne coûtant les yeux de la tête. Un produit à bon prix tel le Charles Bertin satisfera également les consommateurs exigeants, tant du point de vue du goût que de la composition chimique!

Voir les résultats
Lire l'article