Restez un consommateur averti et profitez de nos avantages abonnés
Pourquoi pas
Non merci
Panier
x
Le panier est vide

13 pinots noirs suisses de supermarchés, à moins de 15 fr.: Les vaudois pinotent fort

dégustation L’assortiment des supermarchés est un piètre reflet de la diversité du pinot noir en Suisse. On trouve néanmoins de jolies réussites qui mettent surtout le vignoble vaudois en évidence.

Le pinot noir n’a rien d’indigène. Mais il se plaît en Suisse. Son hégémonie est telle qu’il croque 28% de la surface viticole, juste devant le chouchou de la nation, le chasselas (26%). C’est aussi la seule variété qu’on retrouve dans tout le pays, de Genève à Schaffhouse, en passant par des vignobles plus confidentiels, comme ceux du Jura ou de la Suisse centrale. Bref, le pinot noir est partout!

Qui dit quantité, dit aussi qualité. Dans un domaine trop souvent parasité par le snobisme, on réserve parfois l’excellence aux seuls coteaux bourguignons. Mais si la Bourgogne reste le berceau principal du pinot noir, elle n’a pas, pour autant, l’apanage du savoir-faire. A l’instar des Grisons, le vignoble suisse produit lui aussi des pinots noirs spectaculaires. Le magazine The Wine Advocate, de l’incontournable Robert Parker, en avait d’ailleurs loué la qualité lors d’une dégustation à l’aveugle réalisée en 2014. Pas moins de 18 vins – sur un total de 150 – avaient décroché une note supérieure ou égale à 90 points!

Diversité mal représentée

Les bouteilles dégustées par notre jury ne luttent évidemment pas dans la même catégorie. Notre sélection a porté sur des pinots noirs de 2017 vendus dans les grandes surfaces à moins de 15 fr. Dans cette gamme de prix, on trouve des rouges bien faits, mais qui n’ont pas la prétention d’être ciselés comme des crus d’exception. Dommage, toutefois, que la diversité du terroir helvétique soit aussi peu représentée dans les rayons des supermarchés.

Face à une cohorte de vins valaisans, ce sont les vaudois qui ont parfaitement tiré leur épingle du jeu en plaçant trois des leurs aux quatre premières places! Le vainqueur, le pinot noir du Domaine de Sarraux Dessous de chez Bolle, a fait l’unanimité auprès du jury. «C’est un vin très expressif, fidèle à l’identité du cépage. La bouche est très plaisante avec des tanins soyeux et du gras. C’est une très belle réussite», commente René Roger.

Son dauphin, le pinot noir Trophée de la Cave St-Pierre à Chamoson, a été apprécié pour sa rondeur. «Le nez dégage une belle intensité avec des notes agréables de fruits rouges à maturité. Il y a certes une pointe végétale, mais on retrouve un bel équilibre entre l’alcool et l’acidité», relève Arnaud Scalbert. Le podium est complété par le Vin des Croisés de la Cave des viticulteurs de Bonvillars. Ce joli cru du Nord vaudois a séduit le jury par son élégance et sa générosité. Ce n’est du reste pas un hasard s’il est, tout comme le vainqueur, labellisé Terravin (lire encadré).

Vins de pays à la rue

Et les réputés pinots alémaniques dans tout ça? Aux abonnés absents! Leur diffusion est si chiche en Romandie que le consommateur doit se contenter de vins de pays médiocres qui ont sombré dans les profondeurs de notre classement. Dommage que des géants, comme Coop, affichent une belle offre sur internet, mais rien dans les rayons de ses magasins romands.

Yves-Noël Grin