Restez un consommateur averti et profitez de nos avantages abonnés
Pourquoi pas
Non merci
Panier
x
Le panier est vide

Le régime cétogène a ses vertus

A propos de notre article «La dangereuse revanche du gras» (9/18)

J’ai été surpris que vous n’abordiez pas l’aspect central du régime cétogène: la réduction du taux d’insuline dans le sang par la suppression de l’apport en sucres. L’élimination presque totale des hydrates de carbone et le remplacement de la source d’énergie par les matières grasses et les protéines vise avant tout à faire baisser le taux d’insuline anormalement élevé chez certaines personnes. Ce régime permet ainsi à des diabétiques, dont le corps n’arrive plus à déstocker ses réserves de graisses à cause d’une résistance progressive à l’insuline, de retrouver un métabolisme fonctionnant normalement: arrêt de la prise de médicaments, retour du sentiment de satiété, consommation de ses propres réserves d’énergie, etc. La perte de poids devient alors un effet secondaire du régime cétogène. En outre, si ma compréhension est correcte, les problèmes de santé habituellement liés aux graisses (dépôt lipidique dans les artères, etc.) n’apparaît pas avec un taux d’insuline faible, et donc en l’absence d’hydrates de carbone. L’excès d’absorption de graisses devient donc potentiellement dangereux uniquement en combinaison avec l’absorption de sucres. Enfin, il existe des peuples qui ne consomment pas d’hydrates de carbone et qui ne se nourrissent que de viande et de poisson. Or, malgré tout ce que la diététique occidentale en pense, ils vivent sainement. Je suis d’avis qu’un article plus fouillé serait le bienvenu. Pierre Arnaud

Comme vous le signalez et comme nous l’avons mentionné dans notre article, le régime cétogène sert effectivement à des fins thérapeutiques, notamment pour les enfants avec épilepsies réfractaires aux traitements ou, comme vous l’indiquez, pour traiter des problèmes de diabète. Nous avions cependant pris l’option de centrer nos propos sur son utilisation abusive dans le cadre des régimes alimentaires. 

La rédaction