Le site commercial comparis.ch fait une bonne partie de son chiffre d'affaires avec son comparateur des primes pour l'assurance maladie, grâce aux généreuses commissions versées par les caisses pour chaque transaction passant par lui. Le filon risque toutefois de prendre fin, ou du moins de sérieusement se tarir, avec le nouveau programme que la Confédération va prochainement mettre à la disposition de tous les internautes, gratuit lui aussi, et surtout ne provoquant aucun frais (pas de commission) que les assureurs répercutent sur les primes l'année suivante.

Techniquement, il n'y a rien à redire: notre rédaction l'a vu tourner et il est aussi performant que ceux des sites commerciaux. Quant à sa fiabilité, elle est maximale, puisque la plupart des courtiers se fondent depuis des années sur la banque de données de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) pour nourrir leurs propres comparateurs. Enfin, la Confédération va plus loin encore, car elle a réussi à obtenir une collaboration (envoi d'offre directe) de la quasi totalité des caisses maladie, contre une poignée chez Comparis: normal, puisqu'elles n'auront rien à payer à cette fin. Bref, Didier Burkhalter et son équipe frappent un grand coup, à découvrir d'ici quelques semaines (au plus tard lors de l'annonce des primes 2012, au début du mois d'octobre).

Un coup que les consommateurs espéraient depuis longtemps. Chaque année, les comparateurs commerciaux alourdissent de plusieurs dizaines de millions de francs les comptes de la santé. Par ailleurs, l'affichage des résultats n'est souvent pas anodin: par défaut, comparis.ch propose, par exemple, une sélection où figurent certes l'assureur actuel, ainsi que le moins et le plus cher, mais en compagnie des seules caisses avec lesquelles le courtier a passé un accord!

Voilà pourquoi Bon à Savoir et Tout Compte Fait, ainsi que les magazines alémaniques K-Tipp, saldo et Gesundheitstipp (2,5 millions de lecteurs au total) ont lancé, il y a deux ans, leur propre comparateur, que l'on retrouvait aussi sur les sites de partenaires directement impliqués dans la défense et l'information des consommateurs (A Bon Entendeur, FRC, On en parle, etc.). La Confédération ayant – enfin! – pris ses responsabilités, nous avons décidé de retirer d'ici peu notre propre comparateur et de désormais diriger tous nos lecteurs sur le site de l'OFSP, qui disposera d'une adresse propre. Avec l'espoir clairement avoué de renforcer son impact et de diminuer d'autant celui des comparateurs commerciaux!

Christian Chevrolet