Restez un consommateur averti et profitez de nos avantages abonnés
Pourquoi pas
Non merci
Panier
x
Le panier est vide

Téléphones qui émettent trop d’ondes

En complément à notre article «Trop d’ondes près du corps» (BàS 2/20), voici, dans deux tableaux, la liste des ondes électromagnétiques émises par une soixantaine de téléphones portables récents lorsqu’ils fonctionnent près du corps, par exemple dans une poche ou un sac. Les mesures ont été effectuées par l’Agence nationale française des fréquences (ANFR) à 5 mm du corps, conformément aux prescriptions.

Parmi ces appareils, dix-neuf ne respectaient pas les valeurs limites DAS de 2W/kg valables en Suisse comme en Europe.

L’ANFR s’est concentré sur les ondes émises au niveau du tronc afin d’établir les conséquences des nouveaux usages des appareils mobiles. Ces derniers fonctionnent souvent lorsqu’ils se trouvent tout près du corps. C’est le cas lors de l’usage d’oreillettes et lors d’échanges de données, appareil en poche.

Concernant les 19 téléphones qui dépassaient la valeur limite de 2W/Kg, les fabricants ont effectué des mises à jour logicielle qui ont permis de régler le problème dans 13 cas (voir tableau). Ces appareils respectent donc les normes désormais, pour autant que la mise à jour ait été effectuée par l’utilisateur. Dans six cas, un retrait du marché a été ordonné car le fabricant n’a pas réagi aux mises en demeure de l’état français.

Il faut noter que de nombreux téléphones mobiles antérieurs à 2017 ne respectent pas les normes DAS actuelles selon l’ANFR. En effet, jusqu’à cette date, les fabricants pouvaient mesurer le DAS «tronc» jusqu’à 2,5 cm, ce qui était peu réaliste pour un appareil se trouvant dans une poche. Sur demande de la France, les mesures en Europe doivent désormais s’effectuer à 5 mm au plus du corps. Les experts français demandent même désormais qu’elles le soient à 0 mm. De l’autre côté, on remarquera que les mesures DAS sont réalisées avec un mobile émettant à puissance maximale, pendant 100% du temps, pour une durée de 6 minutes, ce qui ne correspond pas à l’usage le plus courant d’un mobile.

Outre le DAS «tronc», il existe également une mesure DAS «tête», qui caractérise l’usage classique du mobile au contact de l’oreille, en conversation vocale. La limite est de 2 W/kg. Les plus de 200 appareils testés par l’ANFR ont été, sauf rares exceptions, conformes à cette limite.

Il y a enfin une mesure DAS «membre», dont la limite est de 4 W/kg, correspondant à l’usage du téléphone plaqué contre un membre, par exemple tenu à la main, porté dans un brassard ou dans une poche de pantalon. L’ANFR n’a pas communiqué de mesures à ce sujet.

Plus d’infos sur le site de l’ANFR et sur son portail de résultats DASw