Panier
x
Le panier est vide
Guide d'achat: batteries de voiture

Guide d'achat: batteries de voiture

Qu’est-ce qu’une batterie de voiture?

C’est un élément qui permet d’accumuler de l’énergie électrique grâce à des réactions chimiques. La batterie joue un rôle primordial au démarrage d’une voiture en délivrant l’électricité indispensable à l’allumage du moteur. En roulant, elle est chargée grâce au courant produit par l’alternateur. Mais lorsque ce dernier ne fournit pas toute l’énergie nécessaire, la batterie participe également à l’alimentation des autres consommateurs (phares, climatisation, etc.).

Comment lire ses caractéristiques techniques?

Sur chaque modèle, on trouve les informations suivantes qui ont toute leur importance:

⇨ Volts (V): il s’agit de la tension électrique. Hormis d’anciennes autos qui tournent sous 6 V, toutes les voitures actuelles ont besoin d’une batterie de 12 V.

⇨ Ampères (A): c’est la puissance qui est fournie au démarrage. En cas de remplacement, il est judicieux d’en choisir une dont l’ampérage est un peu plus élevé que celle d’origine. Ainsi, le moteur démarrera avec plus de facilité encore, surtout lorsqu’il fait froid.

⇨ Ampères-heure (Ah): c’est la quantité d’énergie totale que peut fournir la batterie en utilisation normale, soit sa capacité à tenir la charge sur la longueur. Théoriquement, un modèle 100 Ah devrait pouvoir fournir 5 A pendant 20 heures (5 X 20 = 100), alors qu’un 80 Ah n’est censé délivrer 5 A pendant 16 heures seulement (5 X 16 =80). Lorsque la batterie d’origine doit être changée, mieux vaut, là aussi, en choisir une dont l’ampérage-heure est plus élevé (jusqu’à 50% de plus).

Comment choisir une batterie?

Il s’agit d’abord de prêter une attention particulière aux caractéristiques techniques inscrites sur chacune d’elles (lire ci-dessus). De surcroît, il faut se tourner vers un modèle renforcé de type EFB, si le véhicule est doté d’un système d’arrêt et de redémarrage automatique du moteur (stop & start). Notre test réalisé en 2016 montre, d’ailleurs, que ce ne sont pas les produits les plus chers qui sont les plus performants, dans la catégorie des produits standards comme celle des EFB.

Ensuite, on veillera à acheter une batterie dont les dimensions sont compatibles avec l’espace qui lui est dévolu. L’emplacement des bornes (pôles négatif et positif) ne doit pas être négligé non plus, sachant que la longueur des câbles à connecter est souvent calculée au plus juste.

Notons encore que plus une batterie a été stockée longtemps, plus ses performances en pâtiront. Au moment de l’achat, il est donc préférable de fuir les modèles dont le plastique et les résidus poussiéreux font penser qu’ils ne sont plus de toute première jeunesse! On peut jeter aussi un œil à une indication qui figure sur l’étiquette: la date à laquelle le produit a été chargé pour la dernière fois. Plus l’opération est récente, mieux c’est!

Quelle est la durée de vie d’une batterie?

En règle général, elle devrait tenir au moins 5 ans. Mais tout dépend de l’utilisation que l’on fait de son véhicule. Plus les distances parcourues sont courtes, plus la batterie sera sollicitée. Il en va de même si on circule avec de nombreux consommateurs enclenchés: phares, climatisation, vitre arrière dégivrante, sièges chauffants et on en passe. En période de grand froid, cela se paie cash: elle n’aura plus assez de jus pour allumer le moteur.

Mais ce n’est parce qu’elle refuse plusieurs fois tout service qu’elle est nécessairement morte. Il se peut alors que la succession de petits parcours ne lui laisse pas assez de temps pour se recharger complètement. A ce titre, le TCS recommande de «rouler de temps en temps une demi-heure sans interruption» pour lui permettre de refaire le plein. Et il est également conseillé d’éteindre tous les gros consommateurs (phares, climatisation, etc.) au moment d’allumer le moteur.

Que faire si la batterie est déchargée?

La technique de l’élan

Pour celles et ceux qui ont une voiture avec une boîte à vitesses manuelle, il y a toujours la solution archaïque de l’élan. Solution qui passe par l’aide d’une ou de plusieurs personnes disposées à pousser le véhicule si aucune descente ne se profile… Il suffit alors de mettre le contact, d’enclencher le deuxième rapport de vitesses tout en gardant l’embrayage enfoncé. Une fois que la voiture a atteint environ 10 km/h, on relâche le pied de l’embrayage et le moteur démarre comme un grand!

Les câbles de démarrage

Il n’est jamais inutile d’en avoir une paire dans son coffre. Mais pour éviter tout court-circuit, il est indispensable de brancher correctement les câbles de démarrage (ou pontage). Voici la procédure:

  1. Ne pas allumer le moteur de la voiture qui dépanne.
  2. Brancher l’une des extrémités du câble rouge à la borne positive (+) du véhicule en panne, puis l’autre extrémité à la borne positive (+) du véhicule qui secourt.
  3. Brancher l’une des extrémités du câble noir sur la borne négative (–) du véhicule qui secourt, puis l’autre extrémité à une masse (partie métallique non peinte comme une vis) du véhicule en panne.
  4. Vérifier que les quatre pinces sont bien fixées.
  5. Mettre en marche le moteur du véhicule qui secourt.
  6. Démarrer ensuite le véhicule en panne.
  7. Débrancher ensuite les câbles dans l’ordre inverse: commencer par la pince noire du véhicule en panne, etc.

Les autres dispositifs

On trouve dans le commerce des appareils pratiques bien connus des professionnels et des connaisseurs. En voici deux principaux qu’il convient de brancher et débrancher dans le même ordre que les câbles de pontage (lire ci-dessous)

⇨ Le «booster» ou démarreur autonome se connecte sur les bornes de la batterie pour lui fournir instantanément toute l’énergie dont elle a besoin pour démarrer le moteur. Avec lui, pas besoin de câbles de pontage ou d’un autre véhicule pour dépanner. Mais gare à prendre soin de le recharger sur une prise électrique 24 heures après sa dernière utilisation pour qu’il soit opérationnel au moment utile.

⇨ Le chargeur a pour mission de regonfler la batterie à bloc. Il existe désormais des modèles automatiques qui gèrent l’opération en toute sécurité. Branchés sur le secteur, ils sont souvent compatibles 6 V (moto) et 12 V. Ils sont parfois dotés d’une fonction qui permet de maintenir la charge pour les véhicules qui roulent très peu. Dans tous les cas, il est conseillé de débrancher la batterie pour éviter toute perturbation du circuit électrique de la voiture avant le branchement du chargeur.