Panier
x
Le panier est vide

Défaut caché: gare aux faux espoirs!

 

Sortir des vêtements tachés de sa valise c’est fâcheux, témoigne ce lecteur genevois. En septembre 2012, il a acheté une valise Titan au supermarché Migros de Balexert (GE). Le bagage, qui coûte 159 fr., lui donne satisfaction jusqu’à ce que, plus de trois ans après, le voyageur découvre des taches sur ses effets: la colle fixant une poche intérieure à la doublure a coulé. Un problème apparemment identifié, puisque les modèles récents sont munis d’une bande velcro! La garantie étant échue, Migros le renvoie au fabricant qui, à son tour, refile la patate chaude au réparateur officiel en Suisse. Ce dernier n’entre pas en matière: il faudrait une expertise pour prouver qu’il s’agit bien de colle, et non pas d’un liquide transporté par l’utilisateur lui-même. Une démarche bien onéreuse et qui confirme l’impuissance des consommateurs à faire valoir leurs droits, une fois la garantie échue. Pour obtenir réparation, il faudrait prouver qu’il s’agit d’un défaut caché par le fabricant en connaissance de cause… ce qui est quasiment mission impossible. chr